« L’état d’esprit des Indiens est tourné vers le futur et les nouveaux entrepreneurs sont encouragés et admirés » Alexandre Menini cofondateur de Low Cost Web Agency Ltd à Pondicherry

"L'état d'esprit des Indiens est tourné vers le futur et les nouveaux entrepreneurs sont encouragés et admirés" Alexandre Menini cofondateur de Low Cost Web Agency Ltd à Pondicherry
"L'état d'esprit des Indiens est tourné vers le futur et les nouveaux entrepreneurs sont encouragés et admirés" Alexandre Menini cofondateur de Low Cost Web Agency Ltd à Pondicherry

Après plus de 15 ans passés chez des grands noms de l’industrie et de nombreuses expatriations, Alexandre et Caroline Menini ont décidé de se lancer dans une nouvelle aventure. Ils ont posé leurs valises à Pondicherry et 6 mois plus tard, après quelques tracasseries administratives leur société « Low Cost Web Agency Ltd« était enregistrée.

Comme son nom l’indique, la société propose des services liés au monde du Web à bas prix. Après 2 ans d’activité, l’équipe est composée de 10 personnes et continue à croitre avec un développement soutenu. Leur marché cible est celui des TPE, PME et des Auto-entrepreneurs qui ne disposent pas forcément de gros budget pour s’adresser à des agences Web dans leurs pays mais qui veulent profiter du Web pour faire croitre leur business.

Alexandre nous en dit plus sur leur aventure entrepreneuriale à Pondicherry :

Alexandre et Caroline Menini

Pourquoi avez-vous choisi de vous installer à Pondicherry en Inde ?

L’Inde est, à mon avis, le pays émergeant le plus prometteur. Avec un marché intérieur de 1,4 milliards d’habitants et une démographie galopante, ce pays grand comme un continent et autosuffisant affiche un taux de croissance annuel proche de 10%. C’est une démocratie où l’anglais est une des langues officielles, et qui produit chaque année 1 million d’ingénieurs fraichement diplômés. A l’aube de 2020, la classe moyenne indienne (+de 25000$/an) comptera 250 millions de personnes.

Le Sud de l’Inde avec Bangalore, souvent appelé la Silicon Valley indienne est une destination privilégiée par les plus grands groupes du secteur high tech pour y installer leur centre de production et de R&D. Depuis 2009, l’Inde a favorisé l’ IDE (investissement direct à l’étranger), en particulier pour les jeunes pousses comme la notre en permettant la création d’une entreprise sans besoin de s’associer avec un partenaire local, ce qui n’est pas le cas de nombreux pays asiatiques. Nous voulions rester indépendants et libres pour mener à bien notre Business plan. Low Cost Web Agency Ltd., comme son nom l’indique, a l’ambition de casser les prix des prestations de services liées au web et à la communication tout en proposant le même niveau de service des agences traditionnelles. Notre marché cible est celui des TPE, PME et auto-entrepreneurs. Ces entreprises, qui sont délaissées par les agences historiques, n’ont pas le plus souvent, la possibilité de soutenir des niveaux de dépenses réservées aux grands groupes. Certains analystes annoncent, d’ailleurs, que 70% des entreprises en Europe ne disposent toujours pas de vitrine professionnelle sur le Web.

Low Cost Web Agency s’est donnée la mission de combler ce besoin. La main d’œuvre en Inde, en particulier les profils IT sont 5 fois moins chers qu’en Europe. Cela nous permet d’avoir des couts fixes très bas et de proposer à nos clients des tarifs sans commune mesure avec les prix pratiqués par les agences web du vieux continent. Cela nous a permis également d’éviter le recours à des financements externes pour démarrer notre activité.

Pondicherry est un ancien comptoir français du Sud de l’Inde. Cette ville avec plus d’un million d’habitants, parfois dénommée « le Saint-Tropez indien » est une valeur montante en Inde. La ville qui longe le Golfe du Bengale est devenue en quelques années une destination prisée par les indiens mais aussi par une importante communauté internationale. On y trouve des universités, un lycée français de la maternelle à la terminale, le Consulat de France, une Alliance française. La culture française est omniprésente, de nombreux autochtones parlent français. A 15 km de Pondicherry se situe Auroville. Il s’agit d’une ville expérimentale soutenue par l’UNESCO avec 2300 résidents provenant du monde entier à la recherche d’un nouveau modèle de développement en harmonie avec notre planète.

Nous avons choisi Pondicherry car nous voulons attirer dans nos équipes les meilleurs profils en leur proposant un cadre de vie parmi les plus attractifs en Inde. Nos concurrents à l’embauche sont des grandes multinationales et nous nous devions de proposer à nos jeunes recrues quelque chose de différent pour pouvoir se démarquer. Les mégalopoles indiennes sont victimes de leur développement trop rapide. Une très forte densité de population, des niveaux de pollution alarmant, il est difficile de s’y loger ou tout simplement d’y vivre. Pondicherry devient par conséquent une destination idéale pour les jeunes et moins jeunes. Un aéroport a d’ailleurs été inauguré il y a deux ans. En 40 min vous êtes à Bangalore et son aéroport international.

Nous avons choisi Pondicherry car nous voulons attirer dans nos équipes les meilleurs profils en leur proposant un cadre de vie parmi les plus attractifs en Inde

Quel a été votre parcours avant de créer Low Cost Web Agency ?

De père diplomate, j’ai grandi à l’étranger notamment en Amérique du Sud. Je rentre en France pour y effectuer mes études supérieures. Diplômé de Sup de Co Bordeaux avec une spécialisation dans le management des achats internationaux, j’occupe des postes à responsabilités, d’abord à Madrid pour le groupe Bull puis pendant 12 ans en Italie chez Danone, Arena puis pour le Groupe Angelini. J’exerce chez ce dernier, leader italien de l’industrie pharmaceutique et cosmétique, les fonctions de Directeur Achat. C’est à ce moment, lors de voyages professionnels, que je découvre l’Inde et Pondicherry. Je m’y rends souvent pour sceller des partenariats stratégiques avec de grandes entreprises indiennes. L’Inde est le premier producteur Pharmaceutique au monde et ce n’est pas un hasard. Les entrepreneurs avec qui je fais affaire sont talentueux et ont réussi en quelques années à détrôner les leaderships Américaines et Européennes du secteur grâce à une qualité irréprochable et des couts 30% plus bas. Je suis alors fasciné par cette volonté de réussite sans complexe. Tout au long de ma carrière dans les achats, je lie des partenariats avec de multiples PME et TPE à travers le monde. Leur communication sur le WEB est inexistante ou de mauvaise qualité, ce qui ne favorise pas mon travail de sourcing. Il y a quelque chose à faire, c’est sûr ! A 40 ans je décide qu’il est temps de tourner la page et de répondre à un besoin non satisfait. Low Cost Web Agency Ltd. voit le jour.

Pourquoi ne pas avoir fait le choix de revenir en France pour créer votre entreprise ?

Je suis Français, j’adore la France et même s’il est vrai que depuis maintenant 5 ans l’environnement pour les startups y est favorable, je ne pense pas que cela soit le pays idéal pour y monter notre activité. Les grandes agences Web pullulent et délocalisent, les petites déposent le bilan. Les ingénieurs IT sont très chers et les charges fixes imposantes. Impossible dans ces conditions de proposer du Low Cost de qualité et de faire de gros volume. En Inde, les services informatiques jouissent de nombreux avantages, en particulier à l’exportation. Pas de TVA, pas de taxe à l’export et un impôt sur les sociétés soutenable.

Puis la vie sous les tropiques, et particulièrement à Pondicherry, est stimulant pour toute la famille. Apprentissage des langues, soleil toute l’année, peu de délinquance et un environnement culturel entre moyen âge et modernité passionnant. On ne cesse d’y apprendre. L’état d’esprit des Indiens est tourné vers le futur et les nouveaux entrepreneurs sont encouragés et admirés. Pas de déprime ici ! Il serait indécent de se morfondre sur des problèmes futiles.

L’état d’esprit des Indiens est tourné vers le futur et les nouveaux entrepreneurs sont encouragés et admirés

Comment vous faites-vous connaitre de vos clients ?

Nos clients sont aujourd’hui essentiellement européens et américains. ils nous choisissent grâce au bouche à oreille mais également grâce à un très bon référencement naturel sur des mots clés comme « Low Cost Web Agency ».
Nous avons la chance de parler couramment français, espagnol, italien et anglais et de connaitre parfaitement les codes des marchés de nos clients. Lorsque nous sommes contactés, nous répondons dans la langue du client. Cela génère une confiance immédiate en dépit de la distance. Nous sommes également le choix privilégié d’agences web européennes qui nous sous-traitent leurs clients qui disposent de budget trop exigus pour produire en Europe ou aux États-Unis. Nous continuons à travailler sur la mise en place d’une plateforme qui nous permettra d’accroitre encore nos volumes tout en continuant à réduire nos prix. Je pense que les services liés au Web peuvent devenir une commodité, un bien de consommation courante. A l’instar de ce qui est en train de se passer sur de nombreux secteurs, nous avons l’ambition « d’uberiser » les prestations informatiques.

Quelles sont vos difficultés dans la création et la gestion de votre entreprise en Inde ?

Créer son entreprise en Inde n’a pas été trop difficile. Certes, l’administration indienne est déroutante et il faut s’armer de patience et d’ingéniosité pour surmonter les embuches. L’Inde est aujourd’hui classée parmi les pays où il est le plus difficile de faire du business (ease of doing business). Le Yémen est mieux classé par exemple. Mais ce classement est valable, à mon avis, principalement pour les entreprises qui ont besoin d’infrastructures importantes et qui sont tournées vers le marché intérieur ou encore celles qui ont besoin d’importer, ce qui n’est pas notre cas. L’Inde est un pays protectionniste. Tant que vous exportez et ramenez des devises, cela se passe plutôt bien. Le contraire est plus difficile.

Nos principales difficultés au début ont été relatives au climat très humide, qui n’est pas un bon ami du matériel informatique, aux coupures quotidiennes d’électricité et une connexion internet capricieuse. A force de persévérance, nous avons maintenant éliminé ces difficultés grâce à l’achat de générateurs, batteries et climatiseurs ainsi que la mise en place d’une ligne dédiée privée pour Internet.

Notre défi majeur reste les ressources humaines. Le style de management à l’européenne est difficile à appliquer. Le système de caste encore très ancré, ainsi que des relations femmes-hommes difficiles, ne facilitent pas l’esprit d’équipe et sa cohésion. Il n’est pas rare d’ailleurs que lors d’entretiens de sélection les filles soient accompagnées de leurs mères qui répondent aux questions à leurs places !

La conception du temps n’est pas du tout la même que chez nous ! La croyance en la réincarnation amène souvent les indiens à dire « Ce qui ne se fait pas aujourd’hui ou demain, sera fait lors d’une prochaine vie ». La pression est mal acceptée et ne fonctionne pas. L’anticipation est un concept flou ! Les leviers habituels de motivations tels que le niveau de rémunération, ne sont pas efficaces. L’Indien attend souvent une prochaine vie pour changer de condition et il est fataliste.

Il est donc indispensable de former l’équipe au quotidien et d’être constamment derrière pour s’assurer que le travail soit fait dans les règles de l’art.

Notre défi majeur reste les ressources humaines. Le style de management à l’européenne est difficile à appliquer

Comment vous et votre famille vous êtes-vous adaptés à la vie locale ?

L’Inde n’est pas une destination facile et je ne la conseillerais qu’aux expats avertis ou à la recherche de sensations fortes. C’est un pays à cheval entre modernisme et moyen-âge.

Pondicherry est sans doute un choix judicieux car cette ville est un petit bout de France, avec ses rues qui portent encore leurs noms français d’origines, des places où les Indiens jouent à la pétanque, ses boulangeries et restaurants français et italiens. Le fait que la communauté française et franco-pondicherrienne y soit importante permet une acclimatation en douceur malgré les différences culturelles.

La différence avec les expatriations précédentes est liée au fait qu’il faut vous débrouiller tout seul. Personne n’est là pour vous trouver un logement, organiser votre déménagement (et son dédouanement) ou encore pour vous fournir une assistance rapatriement en cas d’ennuis de santé. Travailler en tant qu’expat pour une grande multinationale présente de nombreux avantages de ce point de vue, mais en contrepartie vous ne pouvez pas toujours choisir le moment et l’endroit de votre nouvelle affectation et surtout vous travaillez pour atteindre des objectifs qui ne sont pas les vôtres. Créer ma boite m’a donné un vrai sentiment de liberté, en me permettant enfin de prendre pleinement les rênes de mon développement personnel et professionnel.

De plus, il s’agit d’une aventure, on ne peut plus familiale, puisque je me suis associé avec mon épouse, nous travaillons ensemble, c’est très motivant et agréable.

L’Inde n’est pas une destination facile et je ne la conseillerais qu’aux expats avertis ou à la recherche de sensations fortes

Y a t-il un esprit startup à Pondicherry ? En Inde ? Comment se développe le pays aujourd’hui ?

L’Inde et Pondicherry sont en effervescence et en plein essor. L’écosystème des startups commence à mûrir et le niveau et la quantité des levées de fonds sont impressionnants et proportionnels à la taille du pays et du marché interne. En quelques années, le panorama a vu l’apparition d’acteurs très connus sur le marché indien qui rivalisent sans complexe avec des noms comme Uber, Amazon, Monster. L’Inde compte aujourd’hui environ 3100 startups, avec chaque année le lancement de plus de 800 startups, ce qui en fait la 3eme plus importante plateforme au monde pour les jeunes pousses. On estime qu’il y aura, en 2020, environ 11500 startups qui emploieront plus de 250K personnes. Le pays compte 300 organisations de VC et Private Eequity ayant investi plus de 2 milliards $. Sur les trois dernières années, on compte plus de 20 opérations de M&A dépassant le milliard de $. Donc oui, l’esprit startup est très présent en Inde même si on en parle encore peu en Europe de par le fait que la majorité des startups ici visent le marché indien et asiatique.

L’Inde compte aujourd’hui environ 3100 startups, avec chaque année le lancement de plus de 800 startups, ce qui en fait la 3eme plus importante plateforme au monde pour les jeunes pousses

Un conseil à donner à un futur entrepreneur intéressé pour rejoindre Pondichéry ? Y a t-il des secteurs où les français peuvent s’implanter ?

Dépêchez-vous, c’est le moment ! Préparez-bien votre projet en venant faire un séjour avant de vous installer définitivement. Ne venez pas en Inde pour fuir la France mais parce que vous êtes intimement convaincu que ce pays est un vecteur déterminant de votre projet. Ne comptez pas sur les VC et Business Angels indiens pour lever des fonds ni sur des aides gouvernementales pour vous soutenir. La priorité est donnée aux Indiens. Si vous souhaitez cibler le marché indien, il vous faudra comprendre et connaitre ses rouages et cela peut prendre beaucoup de temps.
Les secteurs ou vous pouvez réussir sont très nombreux : tourisme, éducation, restauration, services à la personne et aux entreprises, distribution et logistique, mode, et bien sur Communication et Web. Renseignez-vous bien car de nombreux secteurs restent toujours réglementés et interdits aux étrangers. Enfin, n’hésitez pas à prendre contact avec moi, je serais ravi de vous aider dans vos premières démarches !

Ne venez pas en Inde pour fuir la France mais parce que vous êtes intimement convaincu que ce pays est un vecteur déterminant de votre projet

Low Cost Web Agency Team on Roof Top