Ces périodes où on y croit à fond. Et puis rien

Ces périodes où on y croit à fond. Et puis rien
Ces périodes où on y croit à fond. Et puis rien

La vie de l’entrepreneur, on l’a vu maintes fois, est jalonnée d’ascenseurs émotionnels qui mettent à rude épreuve l’éternel optimisme de ceux qui lancent leur activité avec passion et détermination. Parmi ces périodes au creux de la vague il y a celles où on met en places différents projets, où on nous promet plein de belles choses, où on enchaine les rendez-vous commerciaux, les demandes de devis, les propositions de collaboration, les demandes d’interview et que tout tombe à l’eau d’un coup, un peu comme si un sort nous avait été jeté où si tout le monde s’était concerté pour tout annuler en même temps.  Cela nous rappelle quand on était petit et que nos parents nous faisaient croire toute la semaine qu’on irait au zoo le dimanche suivant et puis qu’au dernier moment on n’y allait pas (quel traumatisme 30 ans plus tard…). Le zoo, les projets, même combat : il faut ensuite se remotiver pour ne pas perdre la foi, continuer à avancer, à trouver de nouvelles idées, de nouveaux prospects et journalistes et ne rien lâcher. Pas toujours facile quand cette période s’éternise et qu’on n’en voit pas le bout…

Le pire c’est de s’être réjoui dès les prémices d’un succès, d’être sur son petit nuage tout le week-end et de se réveiller le lundi matin avec une annulation, un ajournement ou une demande pour revoir les conditions du contrat. On se trouve d’une part un peu stupide d’avoir « vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué » en étant euphorique, en croisant les doigts, en en parlant à ses proches et en faisant des plans sur la comète de succès à brève échéance, et d’autre part anéanti d’y avoir cru pour rien. Alors on se dit que la prochaine fois on n’y croira pas jusqu’à ce que le deal soit signé, les fonds versés, l’article écrit et qu’on ne relâchera pas la pression pendant tout ce temps. On se demande aussi où est-ce qu’on a raté quelques chose pour perdre autant de projets en même temps, on en veut aux autres qui nous font des promesses qu’ils ne tiennent pas et on finit par se dire qu’être entrepreneur c’est vraiment dur et qu’on pourrait peut-être faire autre chose ? Comme aller vivre à Bora Bora de poisson grillé et sable doré dans une hutte sur la plage. Ou reprendre un emploi salarié parce que c’était vraiment facile à côté de ce qu’on doit gérer tous les jours pour pérenniser sa boite, ou bien on fera de la prestation pour les agences qui nous le demandent.

Dans ces moments là toutes les pensées possibles envahissent notre esprit et c’est lorsqu’elles reviennent souvent qu’il faut se poser des questions. Si à chaque coup dur, vous vous demandez si vous devez continuer, si c’est bien là votre place, il est peut-être temps de se poser et de réfléchir à votre avenir. Peut-être aussi que ce n’est que votre business model qui n’est pas bon, ou votre stratégie marketing. Faire une pause et prendre du recul sur son business est nécessaire après une période un peu noire où toutes les mauvaises nouvelles s’enchainent. Il arrive aussi que vous vous acharniez sur un projet qui n’est pas fait pour vous et que ce soit la vie elle-même qui vous mette des bâtons dans les roues pour que vous en changiez et que vous vous approchiez de ce qui fait sens pour vous. Dans ce cas là difficile de lâcher-prise sans passer pour celui ou celle qui abandonne aux premières difficultés, mais qu’avez-vous à prouver aux autres ? Si vous sentez que ces échecs répétés sont un signe pour passer à autre chose, faites- le sans vous justifier, votre vie vous appartient.

Dans ces périodes d’espoirs déçus, il est important d’être entourés par des proches qui croient en vous et votre projet, de façon objective c’est encore mieux, n’ayez pas peur de rechercher les compliments pour vous rebooster, ne vous accusez pas des pires maux de la terre parce que vos projets sont tombés à l’eau en moins de deux alors que la semaine dernière vous voguiez vers un avenir radieux. La vie est ainsi, avec des hauts et des bas et on focalise plus souvent sur les mauvaises passes que les bonnes. Et puis qui sait ? Peut-être que ces projets sont juste ajournés ou sont voués à être remplacés par de plus belles opportunités ? N’oubliez pas de laisser votre porte intérieure ouverte et ne vous repliez pas sur vous-mêmes, il y a toujours de belles choses qui émergent de la noirceur !