« Le Pop-Up est un canal de distribution complémentaire au web et au commerce traditionnel » Nicolas Lengaigne, cofondateur de My Box Corner

"Le Pop-Up est un canal de distribution complémentaire au web et au commerce traditionnel" Nicolas Lengaigne, cofondateur de My Box Corner
"Le Pop-Up est un canal de distribution complémentaire au web et au commerce traditionnel" Nicolas Lengaigne, cofondateur de My Box Corner

Quand on sait que 66% des sites ecommerce ne dépassent pas les 30 000€ de chiffre d’affaire annuel, on se dit que la vente en ligne n’est pas prête de remplacer la vente en magasin. Pour autant il n’est pas si facile que cela d’ouvrir a propre boutique. D’une part au niveau de l’apport financier nécessaire, mais aussi du choix de l’emplacement, et de la gestion des stocks et équipes à l’année. C’est sur ce principe que plusieurs startups se sont lancées ces dernières années sur la mise à disposition de locaux éphémères ou popup store pour des opérations spéciales ou les fêtes de fin d’année.

My Pop Corner va plus loin et à l’image de Public.Library à New York propose une offre de co-retailing avec My Box Corner : un concept store clé en mains de 100m² rue de la Monnaie à Lille pendant le temps des achats de noël, pour les marques qui souhaitent tester la vente physique à moindre risque et coût. Tout est fourni, du personnel de vente au marketing en passant par les assurances. Il ne reste qu’à envoyer ses articles. 80 marques ont répondu à l’appel. La boutique a ouvert ses portes le 14 novembre jusqu’au 16 janvier 2016.

Nicolas Lengaigne, cofondateur de My Pop Corner nous en dit plus :

Nicolas LENGAIGNE & Pierre-Yves BANASZAK

D’où vient l’essor des popup stores ces dernières années ?

Les marques ont besoin de flexibilité pour être présentes au bon endroit et au bon moment. A l’ère du collaboratif, on parle de plus en plus d’usage et non de propriété et ce phénomène se développe aussi dans le monde du BtoB, il faut optimiser l’utilisation de ses ressources. Avoir une boutique pour vendre des maillots de bain toute l’année n’est par exemple pas logique quand les ventes se font pour 90% au printemps et l’été… Les Pop-Up stores permettent cela, une marque va pouvoir s’installer uniquement pendant les périodes « fast » de son activité.

De nombreuses marques se sont aussi développées ces dernières années sur Internet uniquement (les pure players) mais aujourd’hui la concurrence en ligne est rude et les ventes en ligne ne représentent que 10% des ventes au total en France. Les Pure Players souhaitent donc tester le commerce physique et les Pop-Up sont un moyen efficace de le faire avant de peut-être ouvrir son propre réseau de magasins.

Les Pop-Up sont un moyen efficace de tester le commerce physique avant de peut-être ouvrir son propre réseau de magasins

Est-ce l’avenir du commerce selon vous ?

Je vois plutôt le Pop-Up comme un canal de distribution complémentaire au web et au commerce « traditionnel ». Le Pop-Up permet de nombreuses choses (tester une zone de chalandise, faire le buzz, créer des expériences différentes, pour les marques d’entrer en contact directement avec ses clients, développer son réseau pendant les pics saisonniers, etc.) et c’est un outil efficace qui doit faire partie d’une stratégie de distribution plus large.

Une réponse à la survalorisation des surfaces ? Ou au contraire un risque d’encore augmenter les Droits au Bail et loyers comme on le voit sur l’immobilier locatif dans certains quartiers avec Airbnb ?

C’est toujours l’histoire de l’offre et la demande… Dans les quartiers très prisés, les loyers sont élevés et d’autant plus sur les baux précaires car les propriétaires en louant leurs biens sur des courtes durées prennent des risques supplémentaires qu’ils vont bien entendu facturer. Il y a par contre des zones où le taux de vacance est très élevé et il y a donc des opportunités très intéressantes à saisir pour les marques car les propriétaires et même les villes, souhaitent redynamiser le commerce et proposent donc des loyers très abordables pour favoriser le commerce. Ouvrir un magasin éphémère, dans des lieux où les clients ne s’y attendent pas, peut en plus créer un vrai « buzz ».

Comment gérez-vous et vous démarquez-vous de la concurrence sur votre secteur ?

Nous avons une offre de locaux en Europe (Espagne et Allemagne) et proposant l’offre de locaux la plus large en France. Pour nous différencier, nous proposons également une offre de services complémentaires très large (assurance locative, wifi, mobilier adapté, personnel de vente, vitrophanie, etc.), une marque peut lancer son pop-up store rapidement grâce à notre offre clé en main.

D’où est née l’idée de My box corner ?

Il était jusqu’à présent impossible de répondre aux demandes de nombreuses marques qui recherchaient une offre clé en main (personnel de vente, mobilier, local commercial, etc.,), un espace très bien situé mais avec un budget sous les 1000 ou même 2000 euros par mois… Notre objectif avec My Box Corner est de proposer aux marques, même les plus jeunes, de s’offrir un espace de vente ou de visibilité dans les plus belles rues d’Europe et pour moins de 10€ par jour.

Comment passe t-on d’un business « mise en relation/BtoB » à « commerçant » ?

On s’entoure ! On a en effet fait appel à de nombreux professionnels du retail pour nous épauler dans ce projet ambitieux. Notre responsable merchandising, Hélène a par exemple fait un super boulot pour l’agencement de la boutique conjointement avec l’agence Les Lunettes Bleues. Nous avons aussi recruté deux vendeuses très compétentes. L’idée est également de faire les choses différemment qu’un magasin classique (on parle bien de concept-store) et on s’inspire beaucoup de techniques du e-commerce que l’on connaît bien avec mon associé, Pierre-Yves. On propose ainsi aux marques de réserver leurs espaces directement sur notre site www.myboxcorner.fr

On a fait appel à de nombreux professionnels du retail pour nous épauler dans ce projet ambitieux

Comment allez-vous rentabiliser cette offre au vu des prix proposés très bas ?

En intégrant des marques complémentaires, on regroupe ainsi 80 marques dans notre concept store et chacune communique sur le concept donc en plus du trafic important lié à l’emplacement on s’assure un flux de trafic qualifié supplémentaire. On touche en plus de la location des box, 10% du CA généré par les marques afin de couvrir les frais de fonctionnement (charges, personnel, système de caisse) et pour motiver le personnel de vente.

Quel est le coût d’une telle opération pour vous et Comment la financez-vous ?

Les loyers sont au moins de 10K€/mois dans le secteur pour un espace de cette taille donc il faut rassembler de nombreuses marques afin de dégager des profits intéressants.

Pourquoi Lille ? N’est pas trop petit pour une telle opération comme zone de chalandise ?

Non, Lille est une ville très dynamique et à Noël, rue de la Monnaie, il y a beaucoup de passage (des habitués et des touristes). L’offre en terme de concept-store est également moins importante que dans la région parisienne et nous proposons donc une offre qui change de l’ordinaire.

Quels sont vos premiers clients sur cette offre ? Que est l’intérêt pour les créateurs de vous rejoindre sur ce projet ?

Pas loin de 80 marques sont présentes pour ce premier My Box Corner. Des marques régionales (Ullys, Les vilaines filles, Dagoma, Pomm’Poire, Trench&Coat…) et des marques nationales (Le slip Français, Kitchen Trotter, Etsy, Big Moustache…). Difficile de toutes les citer mais elles sont visibles sur notre page Facebook My Box Corner.
Pour les marques, l’intérêt est de bénéficier d’un point de vente dans une rue très prisée et au meilleur moment de l’année pour un coût très faible. Chaque marque profite en plus à l’autre car nous recherchons des marques complémentaires ayant des cibles de clients très proches…Finalement, c’est un peu comme du co-voiturage, on partage les frais entre personnes souhaitant aller dans la même direction, ici l’objectif pour chaque créateur, c’est de développer sa présence et ses ventes dans le commerce physique !

C’est un peu comme du co-voiturage, on partage les frais entre personnes souhaitant aller dans la même direction

Avez-vous rencontré des galères dans la mise en place de cette offre depuis l’idée ?

Nous avons déjà ouvert de nombreux Pop-Up Stores avc My pop Corner donc ce n’était pas trop difficile pour l’équipe de monter notre propre boutique éphémère.

Pensez-vous l’étendre à d’autres villes ? Si oui quand et où ?

Oui bien-sûr, Lille est le premier test mais nous souhaitons dupliquer le modèle dans d’autres villes en France et à l’étranger (Berlin, Barcelone…) tout au long de l’année 2016.

Quels sont vos prochains projets ?

Développer l’offre My Box Corner car c’est vraiment un concept qui plaît aux marques et qui nous éclate mais sans négliger notre cœur d’activité avec My Pop Corner.

DSC_0339

DSC_0360

DSC_0373