Si on lâchait prise plus souvent, on en vivrait de belles choses…

Si on lâchait prise plus souvent, on en vivrait de belles choses...
Si on lâchait prise plus souvent, on en vivrait de belles choses...

Une fois identifié ce que l’on veut vraiment faire dans sa vie professionnelle, vient le moment où on commence à mettre en place tout ce qu’il faut pour que cela marche : créer son site, contacter les agents immobiliers, scruter les sites d’annonces de vente d’entreprise, préparer une newsletter pour son réseau, envoyer un communiqué de presse aux journalistes et bloggeurs que l’on connait, parler autour de soi des prestations que l’on propose, annoncer toutes ces belles choses sur les réseaux sociaux, etc… Et puis on attend. On attend que la mayonnaise prenne ou plutôt que les demandes et propositions affluent. Mais voilà ce n’est pas toujours le cas. Voire rarement. Il n’y a que dans les success stories romancées que la startup lancée depuis son garage cartonne du jour au lendemain… Il faut laisser le temps aux gens de comprendre ce que vous proposez, de s’identifier à vos offres et à vous-même, de réaliser qu’ils en ont besoin, que vous pourrez leur apporter quelque chose et qu’ils doivent travailler avec vous.

Finalement on réalise qu’on vit en permanence en attendant ce déclic, ce petit truc qui va tout changer, comme dans les contes de fée où le Prince vient délivrer la Princesse qui l’attendait depuis toujours… Ce n’est pas de notre faute, nous avons été bercés toute notre enfance par cette image. Que ce soit dans nos études, qui n’a jamais prononcé « quand j’aurais mon diplôme, je pourrais enfin avoir la vie que je veux ! » ou dans notre vie personnelle « quand j’aurais 18 ans, je pourrais faire tout ce dont j’ai envie ! ». Aujourd’hui ces rhétoriques se sont transformées en « quand je gagnerai bien ma vie, je m’offrirais ceci ou cela », ou bien « quand mon business marchera je travaillerai moins » , « quand j’aurais plus de temps, je penserai à moi », sans oublier l’universel « quand je serais à la retraite, je voyagerai ! ». Le dernier s’applique surtout aux salariés, mais avouez que vous l’entendez régulièrement autour de vous !

Et pourtant, si on décidait de vivre maintenant ? Même si notre business ne décolle pas ou si les clients ne sont pas au rendez-vous ? Évidemment c’est triste, décourageant, énervant, surtout quand on se donne les moyens de réussir, qu’on n’hésite pas à y consacrer tout son temps et toute son énergie, mais c’est comme cela, le temps travaille pour nous et le coup de baguette magique n’existe pas. En tout cas pas comme on aimerait qu’il surgisse dans notre vie. Il arrive qu’avec du recul, on se dise qu’il y a eu ce fameux déclic qui a tout changé dans notre vie, que ce soit un drame, une rencontre, un contrat, le mot de trop ou l’encouragement, etc… Mais sur le moment on ne le voit pas, car souvent on stresse quand ce fameux déclic exceptionnel arrive, de ne pas être à la hauteur, de se planter ou d’y croire pour rien et donc on ne le vit pas pleinement. On ne le réalise que bien plus tard. Souvent on comprend aussi que ce déclic est arrivé dans notre vie au moment où ne s’y attendait plus, lorsqu’on a lâché prise ou lorsqu’on a tenté le tout pour le tout n’ayant plus rien à perdre. Or, lorsqu’on ne vit que pour celui-ci, c’est là qu’il n’arrive pas. Il faudrait presque tout mettre en place pour que son business soit un succès, puis ne plus y penser, profiter du moment de calme après ce lourd travail de préparation, tout en gardant au fond de soi ce qu’on désire vraiment et attendre que la vie et les éléments agissent pour nous. Arrêter de tout contrôler, tout simplement ! Pas facile… La raison l’emporte toujours et ce n’est que très rarement que nous osons agir ainsi. Et pourtant allez fouiller dans votre histoire personnelle, vous verrez que vous l’avez déjà expérimenté, aussi bien pour acheter une maison, trouver un job, rencontrer votre conjoint ou dénicher l’entreprise de vos rêves.

A y regarder de plus prêt c’est d’ailleurs après coup qu’on parle de ce déclic en disant « c’est arrivé au moment où je ne m’y attendais pas » ou bien « je n’y croyais pas et c’est arrivé ». Le plus juste serait de dire qu’on a beaucoup travaillé avant pour que cela arrive, focalisant toute notre attention sur notre objectif, nous empêchant de voir et saisir notre chance. Et c’est lorsqu’on passera à autre chose, qu’on lâchera prise sur ce qu’on veut vraiment, que notre esprit sera ouvert aux opportunités. Elles étaient déjà là, mais on ne les voyait pas, c’est aussi simple que cela. C’est aussi une question d’alchimie : laisser le temps au temps de faire son œuvre. Un projet n’éclot pas en un claquement de doigts. le succès arrive à ceux qui savent attendre et ne pas se précipiter sur un coup de tête. Le temps joue pour nous et travaille en profondeur. Personne ne nous attend, quelque soit notre talent, car il y a beaucoup de monde sur le marché et la concurrence est rude. Vous pouvez certes vous démarquer, mais il va se passer un bon moment avant que votre communauté le comprenne et sente que c’est avec vous qu’ils doivent travailler. 6 mois, un an ou plus, une période nécessaire pour passer à la prochaine étape dans son business. Une étape que les manuels d’experts en entrepreneuriat oublient bien souvent de mentionner au profit du conseil « levez des fonds, entourez-vous et vous avancez plus vite que les autres ! ». Pour échouer et/ou vous perdre en chemin, oui c’est sûr !

Une posture certes difficile à mettre en place dans notre société moderne où on nous demande toujours d’agir, d’être dans l’action, d’avoir des éléments concrets à présenter, de se positionner sur une activité. C’est compliqué d’avouer à son entourage qu’on a tout préparé et que maintenant on attend que les choses bougent d’elles-mêmes et que ce qui est bon pour nous ne manquera pas de frapper à notre porte. Le risque est de passer pour un illuminé celui qui n’a pas compris ce que c’est d’être entrepreneur, celui qui pense qu’on va venir le chercher ou le rêveur qui croit que tout est facile… Alors que c’est tout le contraire, on n’abandonne pas, on ne renonce pas, on ne se repose pas sur ses lauriers, on accepte simplement de ne pas tout contrôler et de relâcher la pression sur ce qui ne dépend plus de nous à un moment donné. On laisse alors la place et le temps aux éléments pour qu’ils agissent en notre faveur. Si on tente de tout contrôler en permanence en attendant que quelque chose se passe, c’est là que rien n’arrive. Tout comme s’acharner à faire avancer les choses et trouver une solution nous fait passer à côté d’opportunités, la solution n’est pas là. Il faut juste apprendre à lâcher prise plus souvent. Et faire confiance à la vie.


Pour aller plus loin…

  • Le livre

Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite !

Vous pouvez vous offrir mon livre Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite ! Manuel inspirationnel à destination des (futurs) entrepreneurs en cliquant sur Acheter !