Et si on se rappelait pourquoi on est devenu entrepreneur ?

Et si on se rappelait pourquoi on est devenu entrepreneur ?
Et si on se rappelait pourquoi on est devenu entrepreneur ?

Parfois l’entrepreneur est au creux de la vague, entre les difficultés à trouver le bon business model (Frederic Mazella en aurait essayé 6 avant de devenir le champion des startups qu’il est aujourd’hui…), les découverts bancaires  (Guilaume Gibault aurait eu des dettes jusqu’à 600 000 euros avant de réaliser plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaire…) et la fatigue nerveuse qui ne manque pas de s’installer, certains se disent que finalement, salarié, ce ne serait pas si mal. Avec un salaire en fin de mois, un crédit immobilier ou une location facile à obtenir, une vie bien cadrée, plus rien à penser, un entourage rassuré, plus besoin de se lever le matin en se demandant comment on va gagner sa vie, 5 semaines de congés payés, des RTT, aucun personnel à gérer, une mutuelle payée par l’employeur, une cantine servant des frites et de la mousse au chocolat tous les midis, des pauses cafés à rallonge et enfin un esprit tranquille et reposé.

Sauf que, dans les faits, nous sommes bien loin de la réalité. Si effectivement, la sécurité d’un salaire en fin de mois est bien réelle, pour le reste, après une expérience plus ou moins longue d’entrepreneur, il s’avère compliqué de (re)venir de l’autre côté de la barrière. Et si vous n’avez jamais été salarié, la question ne se pose même pas ! Quand on crée son activité, c’est bien souvent par goût de la liberté, de casser ses chaines, de vivre comme bon nous semble, sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit, que cela marche ou pas d’ailleurs, et avoir toute une hiérarchie au dessus de soi devient vite inenvisageable.

Imaginez-vous, après quelques années passées comme seul maître à bord de votre vie professionnelle, avoir un manager qui vous impose vos tâches à effectuer dans un temps imparti, une façon de travailler, des horaires, des process, des réunions, des rendez-vous, un planning pour poser vos jours de congés ? Sans oublier la défiance vis à vis de votre parcours d’entrepreneur qui vous place d’emblée comme une personne à surveiller car vous risquez de vouloir monter en grade rapidement, voir de tout bousculer dans l’entreprise et ça, ce n’est pas permis ! Et puis si après 5 ans à votre compte, vous revenez au salariat, c’est que vous avez échoué, non ? Vous n’êtes peut-être pas doué et que faites-vous donc alors à ce poste requérant de nombreuses compétences que vous n’avez peut-être pas ? Car évidemment impossible de joindre votre ancien employeur pour en savoir plus sur vous, c’était vous ! Vous pourriez vite devenir l’homme ou la femme à abattre. Ou tout au moins celui ou celle qui sera testé(e) à n’en plus finir pour faire vos preuves et mériter plus que quiconque votre place.

Évidemment, il y a des périodes dans la vie d’un entrepreneur où il faut choisir : prendre un job alimentaire ou vendre sa maison. Chacun fait ses choix en son âme et conscience et sait ce qu’il peut supporter au quotidien. Mais il peut être bon de se poser un instant et de vraiment réfléchir au « pourquoi êtes vous devenu entrepreneur ? » et au « qu’est que vous ne pourriez plus jamais sacrifier dans votre travail ? » avant de faire votre choix. La liberté, l’absence de contraintes horaires, ne plus jamais prendre les transports aux heures de pointe, aller au cinéma ou au sport en pleine journée, faire des pauses devant le JT de 13h, aller chercher vos enfants à l’école, déjeuner avec d’autres entrepreneurs, travailler pour vous uniquement et pas pour le développement d’une entreprise qui n’est pas la vôtre, être 100% responsable de votre destinée.

Êtes-vous prêt à oublier tout ce pourquoi vous êtes devenu entrepreneur pour avoir un salaire en fin de mois ? N’êtes vous pas plus prêt à vendre votre voiture, votre maison (vous deviendrez locataire, vous ne serez pas à la rue évidemment !), à vous contenter de moins pour vivre momentanément, à oublier Maje et Vanessa Bruno pour votre shopping ou Biocoop pour vos légumes le temps de quelques mois afin de vous laisser le temps de trouver un super contrat ou une idée de génie ? Quand on est au fond du gouffre on ne peut que remonter, c’est prouvé ! Tout simplement parce qu’on se donne les moyens d’en sortir, on se bat plus que de raison, on ne lâche rien et au final, on s’en sort. C’est ça un entrepreneur, celui qui rebondit, qui n’abandonne pas, qui ne balaie pas d’un revers de la main tout le travail accompli juste parce qu’il a peur de ne pas y arriver ou de passer pour un instable parce qu’il déménage tous les 6 mois, ou parce qu’il persévère dans un projet auquel son entourage ne croit pas. L’entrepreneur est le seul juge de sa réussite et des efforts qu’il sait pouvoir consentir pour y arriver. Personne ne devrait le juger. De plus combien de fois avons-nous entendu les success stories affirmer dans les médias qu’ils ont failli tout perdre avant d’en arriver là où ils sont ? Si eux ont réussi, pourquoi pas vous ? On n’a rien sans rien, il faut beaucoup de sacrifices pour vivre la vie qu’on s’est choisie, n’en déplaisent à ceux qui n’y croient pas et qui martèlent qu’on ne peut pas être libre de choisir sa vie. Évidemment que c’est possible, mais il y a un prix à payer et il faut être très fort dans sa tête pour l’assumer et se fiche du regard des autres qui n’attendent qu’une chose : que vous reveniez dans le droit chemin. Le leur, celui dans lequel ils n’ont aucune prise sur leur vie, et qu’ils subissent plutôt qu’autre chose…

C’est bien cela que vous avez fui en créant votre boite, vous n’avez pas oublié ? Alors il est bon de vous le rappeler régulièrement pour ne pas céder à la morosité ambiante, au défaitisme et au retour à la case départ de votre vie d’avant « parce que finalement c’était plus simple ». Peu d’entrepreneurs garderont cet objectif de vue, car c’est dur, très dur, mais au final qui est le plus heureux ? Ceux qui n’ont pas envie de se lever le matin pour aller au travail mais qui savent que le 30 du mois, il y aura 2000€ sur leur compte bancaire, ou ceux qui mènent leur vie à leur guise en espérant faire bouger les lignes de la société, avec une pointe d’angoisse financière ? …  A vous de choisir…


Pour aller plus loin…

  • Le livre

Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite !

Vous pouvez vous offrir mon livre Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite ! Manuel inspirationnel à destination des (futurs) entrepreneurs en cliquant sur Acheter !