« On a voulu appliquer le modèle startups aux chorégraphes de danse » Laure Nouraout, cofondatrice de La Fabrique de la Danse

"On a voulu appliquer le modèle startups aux chorégraphes de danse" Laure Nouraout, cofondatrice de La Fabrique de la Danse
"On a voulu appliquer le modèle startups aux chorégraphes de danse" Laure Nouraout, cofondatrice de La Fabrique de la Danse

Le mode de travail façon startup inspire au delà des frontières de l’économie numérique. C’est sur ce principe que l’incubateur pour chorégraphes, La Fabrique de la Danse a vu le jour en septembre dernier dans les locaux du 104, un lieu de création et de production artistique dans le 19ème arrondissement de Paris, où l’équipe est elle-même hébergée pour deux ans. « On était en contact avec de nombreux chorégraphes à travers notre association Danse en Seine, une compagnie amateur créée par 4 passionnés de danse, et grâce à notre expertise métier, on a voulu aider ces derniers à se développer sur le modèle startup » explique Laure Nouraout, cofondatrice de La Fabrique de la Danse. L’idée a commencé à germer il y a 2 ans.

laure nouraout

Depuis septembre 2015, 8 chorégraphes sont incubés sur le projet pilote au sein duquel ils ont accès à « des formations artistiques, techniques et administratives qui leur donneront les connaissances nécessaires pour gérer leur compagnie : faire un budget, s’adresser aux régisseurs, faire un teaser video, etc… » Les chorégraphes bénéficient aussi « d’un accompagnement personnalisé s’ils le désirent » sur différentes problèmatiques. Lorsqu’ils travaillent sur un projet artistique, ils n’ont pas forcément les danseurs à disposition pour leur mise en scène. La Fabrique de la Danse leur « donne accès à des expérimentations avec cinq danseurs bénévoles pendant cinq semaines pour tester leur chorégraphie auprès d’eux« . « Les chorégraphe émergents ont besoin de cette aide au début de leur carrière, ils apprécient le fait de ne pas se sentir seuls« .

Au delà du programme d’incubation et des formations, « nous voulions répondre à la problématique de pénurie de studios de répétition en proposant un lieu« . C’est alors que l’opportunité de participer au programme Réinventer.Paris s’est imposée. « On a donc postulé, travaillé pendant un an sur le projet en y associant une vingtaine de personnes et on a été lauréat ! » La Fabrique de la Danse a remporté le projet Gambetta, un ancien parking désaffecté qui sera donc réhabilité en haut lieu de la création artistique autour de la danse sur 2500m². « Ce sera un espace chorégraphique innovant« . Les objectifs sont de « soutenir la création artistique, favoriser l’innovation dans la danse et démocratiser l’accès à la danse » à l’heure où réduction des dépenses de l’État oblige, les aides et financements se font rares. « Les subventions ne vont plus aller vers le haut, alors comment continuer à faire émerger des créations artistiques en France aujourd’hui ? C’est tout l’enjeu auquel on essaie de répondre« . Le projet devrait voir le jour début 2019, grâce à des fonds privés. »La Mairie de Paris nous donne la chance d’investir le lieu, à nous de trouver les fonds pour le mettre en place« .

Vue Façade

« Réinventer.Paris nous a permis de pousser les murs et d’aller au bout de nos rêves !« . Ce sera un espace multiple avec des studios de danse, une scène connectée, un atelier inspiré des fablabs pour créer des décors et des costumes, un lieu de stockage, un espace consacré à la santé des danseurs. « Ce sera un lieu unique sur Paris, car il n’existe rien de similaire pour le moment« , un studio audiovisuel et « tout sera disponible pour tout le monde« .  Une quinzaine de personnes seront sur place pour faire tourner l’espace. L’objectif est aussi « d’être ouvert sur le quartier, d’accueillir tous les parisiens et de faire se mélanger les publics« . Un peu comme au CENTQUATRE-PARIS, haut lieu de la création artistique rue Curial, où Laure et deux de ses associés à temps plein sur le projet bénéficient de locaux et d’un accompagnement à l’innovation pendant deux ans « le 104 était vraiment l’incubateur le plus en phase avec nos projets quand on a postulé« .

« On croit à l’universalité de la danse, on fait un vrai choix d’aider l’art chorégraphique en France avec la Fabrique de la danse« . La danse est un métier de passion, mais sans argent, impossible de monter un projet. Le mécénat et les financements privés, comme cela existe aux USA n’en sont qu’à leurs débuts et relier l’art à l’innovation semble un bon moyen pour attirer les capitaux et continuer ainsi à faire rayonner les créations artistiques françaises à travers le monde. « Mélanger l’innovation avec la danse c’était un vrai rêve ! Sur un an on a emmené 20 personnes sur ce projet et les chorégraphes nous rendent au centuple ce que nous donnons, se lancer sur ce projet était donc une évidence !« .

Vue Atrium

Crédit photos Atelier Secousses


Pour aller plus loin…

  • Le livre

Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite !

Vous pouvez vous offrir mon livre Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite ! Manuel inspirationnel à destination des (futurs) entrepreneurs en cliquant sur Acheter !