« Je ne peux pas vraiment parler de « besoin ou d’envie » d’avoir plusieurs activités. C’est surtout elles qui m’ont choisie »Céline Moret fondatrice du CAFE FAUVEPARIS & A L’UNITHE

"Je ne peux pas vraiment parler de « besoin ou d’envie » d’avoir plusieurs activités. C’est surtout elles qui m’ont choisie"Céline Moret fondatrice de FAUVEPARIS & A L'UNITHE
"Je ne peux pas vraiment parler de « besoin ou d’envie » d’avoir plusieurs activités. C’est surtout elles qui m’ont choisie"Céline Moret fondatrice de FAUVEPARIS & A L'UNITHE

Être entrepreneur multiactivités commence parfois très tôt dans la vie. C’est le cas de Céline Moret qui a fondé A L’UNITHE, un site de vente en ligne de sachets de thé à l’unité ainsi qu’un café dans une maison de ventes aux enchères, FAUVEPARIS. Une vie bien remplie, qui fait l’admiration de ses proches, à seulement 25 ans et des études d’art, de droit & d’œnologie, qui ne la destinaient pas à entreprendre à première vue. Un emploi du temps chargé qui ne l’empêche pourtant pas de profiter de sa jeunesse, bien au contraire, car comme elle le dit « l’avantage d’avoir un lieu tel qu’un café c’est que tous vos amis, votre famille et votre copain peuvent venir vous voir ».

Céline nous en dit plus sur son parcours, son quotidien et comment elle vit sa multiactivités :

Céline Moret

Je m’appelle Céline, j’ai 26 ans, et j’ai deux sociétés. La première je l’ai montée il y a deux ans : À L’UNITHÉ. C’est le premier (et seul) site web où vous pouvez composer un assortiment de sachets de thé haut de gamme, multi marques, multi parfums. Finies les boîtes de 20 sachets identiques : choisissez-en 20 différents et découvrez des petites maisons de thé amoureuses de leurs produits.

Je voulais trouver une alternative aux box qui fleurissaient à l’époque. Avec une box, vous ne choisissez jamais ce qu’il y a dedans, il y a beaucoup de packaging superflu, et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Je voulais créer un site qui permette au client de choisir son thé, mais aussi de partir à la découverte de nouveautés facilement. Et toujours avec une bonne qualité de produits, car un sachet ça peut aussi être du bon thé et c’est facile à transporter.

Je goute tous les sachets, je fais toutes les fiches de dégustation et j’annote mes commentaires personnels sur le site. Comme j’avais une formation en œnologie (suivie au cours de mes études de droit et d’histoire de l’art), j’avais déjà les bases de dégustation et il m’a été facile de passer du vin au thé.

Un an après le lancement d’À L’UNITHÉ un ami a lancé sa maison de ventes aux enchères : FAUVEPARIS. Un projet dans lequel il entendait développer un partie café/bar à vins attenante à la salle d’expo et de vente. Il m’a proposé d’en prendre la direction. Vu mon parcours et mes passions (j’étais aussi blogueuse food à l’époque) j’ai accepté avec enthousiasme.

On vient de fêter la première bougie du café. J’en ai fait un lieu cosy, « comme à la maison », avec une carte qui change toutes les semaines, des brunchs le week-end, uniquement des produits frais et de saison. Tout y est cuisiné maison et la déco change au rythme des ventes aux enchères. Évidemment on a une jolie carte des vins, et des thés !

Ma vie est bien remplie mais je ne changerai rien, j’adore ce que je fais !

Avec une box, vous ne choisissez jamais ce qu’il y a dedans, il y a beaucoup de packaging superflu, et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous

Pourquoi avez-vous besoin ou l’envie d’avoir plusieurs activités professionnelles ?

Je ne peux pas vraiment parler de « besoin ou d’envie » d’avoir plusieurs activités. C’est surtout elles qui m’ont choisie.

Quand l’idée d’À L’UNITHÉ m’est venue, j’avais un travail en galerie d’art qui n’avait rien à voir ni avec le monde du thé, ni avec celui de l’e-commerce. J’ai repoussé cette idée plusieurs mois, c’était un peu de la folie de s’embarquer dans un truc pareil. Mais elle a eu raison de moi. Il fallait que je crée cette boîte, que je laisse cette idée prendre forme sinon je savais que j’allais le regretter toute ma vie.

Quand mon ami commissaire priseur chez FauveParis m’a proposé presque 1 an après la création d’À L’UNITHÉ de reprendre le café qui faisait partie de la maison de ventes aux enchères, là encore c’était un véritable défi. Gérer un restaurant, un commerce physique sans aucune expérience… Mais j’en avais très envie.

Qu’est ce qui vous motive au quotidien ?

La satisfaction des clients. C’est un vrai bonheur quotidien d’avoir des mails de clients heureux de découvrir leurs sachets de thé, ou des personnes qui me disent qu’ils adorent mon café, qu’on s’y sent bien… Ça me donne envie de continuer, de faire mieux, de persévérer même quand c’est difficile.

C’est quoi votre définition de la réussite ?

Arriver à concilier ma vie professionnelle et ma vie personelle en m’épanouissant.

Qu’avez vous sacrifié pour tout gérer ?

Mon chat, qui est parti en pension complète chez mes parents. Je ne le voyais plus, passais très peu de temps avec lui. En dehors de ça je m’en sors plutôt bien ! L’avantage d’avoir un lieu tel qu’un café c’est que tous vos amis, votre famille et votre copain peuvent venir vous voir !

L’avantage d’avoir un lieu tel qu’un café c’est que tous vos amis, votre famille et votre copain peuvent venir vous voir

Quel genre d’entrepreneur êtes-vous ?

Du genre à dire « on essaie et on verra ». Je n’ai jamais fait de commerce (j’ai fait des études de droit et d’histoire de l’art), je n’ai pas de formation en cuisine, en gestion, en compta, en ecommerce, en web marketing… Et pourtant je ne fais que ça !

Auriez-vous créé vos entreprises seule ?

Non je ne pense pas. À L’UNITHÉ a été créé avec ma maman. Une petite entreprise familiale dans laquelle on a mis beaucoup d’enthousiasme. Et le café a été monté avec deux amies, et beaucoup de soutien de mon copain. Je n’y serais jamais arrivée sans eux, c’était très dur, physiquement et moralement au début. Entreprendre est un activité déjà très solitaire, il est important de bien s’entourer avant de se lancer.

Entreprendre est un activité déjà très solitaire, il est important de bien s’entourer avant de se lancer

Comment ressentez-vous le regard des autres et de la société sur votre multiactivité ?

Je trouve que les gens sont plutôt admiratifs. Déjà sur le fait d’avoir entrepris, d’avoir laissé ma formation initiale de côté, mais aussi sur le fait d’avoir deux sociétés à mon âge. On m’a déjà dit « tu as 25 ans et tu as eu 1000 vies ! »

Avez-vous toujours été ainsi à mener plusieurs activités de front ?

Oui ! J’ai toujours été intéressée par beaucoup de choses, depuis toute petite. Je ne savais pas quoi choisir entre l’art, le vin, la pâtisserie, les fleurs… Un vrai casse-tête pour remplir la case « que veux tu faire plus tard ? » à l’école !

Vous pensez-vous experte en une de vos activité plus qu’une autre ?

Non pas vraiment. Je suis passionnée par le thé donc plutôt experte sur le sujet. Mais pas du tout experte en e-commerce ! J’essaie juste de faire les choses bien, quelles qu’elles soient.

Vous verriez-vous vous spécialiser sur une seule de vos activités ?

Non pas pour le moment. J’aime avoir cette pluralité dans ma vie. J’aime la diversité que m’offrent mes activités.

Avez-vous tenté de lutter contre votre multiactivités ? Vous êtes-vous fait accompagnée ? Vous sentez-vous parfois anxieuse ou différente, ou pas totalement en phase avec vos proches ?

Non

Comment vivez-vous votre multipotentialité tout simplement ! :)

Je la vis bien ! Il a fallu plusieurs mois de stabilisation mais actuellement tout se passe super bien. J’espère juste ne pas avoir une autre idée dans les prochains mois car ça ne sera plus viable ! 😀