As-tu de véritables amis dans le milieu des startups ?

T'es tu fait de véritables amis dans le milieu des startups ?
T'es tu fait de véritables amis dans le milieu des startups ?

S’il y a une chose que j’ai appris ces dernières années depuis que j’ai mis un pied dans le monde merveilleux du web c’est que la grande famille des startups n’existe que quand tout va bien, quand chacun peut tirer quelque chose de l’autre et quand l’argent, les contrats, les clients et les invitations coulent à flot. En dehors de cela, les soi-disant amis avec qui tu as fait la fête, bu des verres et fait des plans sur la comète, te zappent avec soin. Jamais ils ne prendront de tes nouvelles ou ne répondront à tes messages (bien qu’ils les aient vu sur Messenger), mais ils parleront dans ton dos « je savais que son idée était mauvaise » ou « c’était pas quelqu’un fait pour l’entrepreneuriat », jamais ils ne te tendront la main, mais ils essaieront de démarcher tes clients ou détourner tes lecteurs, jamais ils ne te proposeront leur aide pour te relever, te proposer un job ou t’envoyer des prospects. Non, ils attendront que tu coules définitivement, oubliant ce que tu as fait pour eux ou pour la communauté, ils te planteront un couteau dans le dos à la moindre occasion, se désolidariseront de toi dès que ton nom apparaitra dans un communiqué indiquant que ta boite est en liquidation et n’hésiteront pas à fouiller dans les cendres de ta startup au cas où…

Généralement on imagine que cela n’existe que dans le monde politique ce genre d’attitude, ou peut-être dans les grands groupes et que le milieu très cool des startups échappe à cela. C’est faux, dès qu’il y a de l’argent et du pouvoir à gagner, le mauvais côté de l’être humain se révèle. Les amitiés sont souvent liées à des intérêts, fabriquées de toutes pièces, superficielles, reposant sur l’oportunisme, mais rarement sur un échange sincère, même si les apparences sont parfois très trompeuses. Malheur à celui qui croyait avoir des amis, des personnes sur qui compter et la possibilité de se refaire rapidement en cas de coup dur. Sans parler de boite qui coule, avez-vous déjà essayé de ne plus venir aux events pendant un temps ? D’arrêter d’écrire sur votre blog ? De vendre votre startup et faire un break ? Essayez et vous verrez qu’en quelques semaines, tout le monde vous oublie ! Le téléphone ne sonne plus, les invitations disparaissent, les mails se font rares et plus jamais on ne fait appel à vous pour quoi que ce soit. Vous disparaissez plus rapidement que le temps que vous avez mis à vous faire une place dans le microcosme. Et cela, personne n’en parle, car le risque est de passer pour un looser, un revanchard, un pleurnichard ou un mauvais perdant. Et oui, c’est bien connu, tout ce qui vous arrive dans votre vie, vous en êtes responsable, alors ne venez pas pleurer sur votre sort.

Alors que faire ? Prendre ses distances avec ce milieu justement. Évitez de répondre à toutes les sollicitations, qui ne sont faites que pour valoriser celui qui vous les fait, ne culpabilisez pas parce que vous n’allez pas dans les events où vous devriez être, ne partagez pas d’informations sur votre privée ni dans la vraie vie, ni sur les réseaux sociaux, car tout se retournera contre vous, restez discret, ne communiquez sur votre entreprise que lorsque cela est nécessaire. Ce n’est pas en étant sur le devant de la scène médiatique que l’on réussi, cela se saurait. Ou alors pour lever des fonds ou passer sur BFM Business. Si vous devez choisir entre faire parler de vous et gérer votre boite sou par sou, optez pour la deuxième option, moins glamour certes, mais la première est le chemin assuré vers l’échec à moyen terme. Ne pensez pas vous faire des amis dans le milieu, tout le monde est là pour récupérer un maximum, même vos associés, vos mentors, vos potes d’afterwork et vos investisseurs, même s’ils assurent le contraire. Buvez un verre avec eux de temps en temps mais ne leur sacrifiez pas vos soirées. Ne croyez pas à ces belles photos de famille du gratin du web (souvent les vieux beaux des débuts de l’internet ou le club de ceux qui ont levé plus que tout le monde) partagées sur Instagram où chacun tente de (se) convaincre que sa vie est merveilleuse.

La bonne nouvelle c’est que la vraie vie n’est pas là. Peut-être vous êtes vous fait de véritables amis, mais je suis sûre que vous en comptez plus en dehors de votre milieu professionnel. Et puis ces amis des startups seront-ils là pour vous quand vous aurez un passage à vide ? Saurez-vous leur en parler d’ailleurs ? Rien n’est moins sûr… Par contre les autres, ceux à qui vous ne devez rien et vice versa, ceux qui vous connaissent vraiment, ils seront là pour vous quand vous en aurez besoin, sans avoir à vous justifier, et sans jugement. Ces amis, ce sont ceux que vous avez depuis l’enfance, ou la fac, ou encore des amitiés nouées à la sortie de l’école de vos enfants ou de votre club de sport. Des personnes qui n’attendent rien de vous et vous rien d’eux, si ce n’est d’être heureux, serein et en paix. Avec qui vous pouvez être vous-même et pas dans le rôle de celui qui assure en toutes occasions, avec qui vous pouvez partager vos galères comme vos réussites, sans pitié ni jalousie, qui connaissent vos enfants et votre conjoint(e), qui vous invitent dans leur maison de campagne ou à leur mariage. Qui dans le milieu des startups vous a offert la moindre parcelle de véritable amitié ? Peu, très peu, même si vous y avez cru et même si vous les voyez toutes les semaines dans votre bar préféré. C’est triste à constater, mais l’important est d’ouvrir les yeux à temps, de ne pas être amer et de se recentrer sur ce qui compte vraiment pour vous. Car un job et tout ce qui tourne autour (ou une startup) reste un job, quelque soit la passion qu’on y met et l’amour qu’on y voue.