« Entreprendre c’est prendre des risques, parier sur l’avenir, se lancer dans l’inconnu, et souvent travailler seul » Damien Malezet, cofondateur de Byun

"Entreprendre c’est prendre des risques, parier sur l’avenir, se lancer dans l’inconnu, et souvent travailler seul" Damien Malezet, cofondateur de Byun
"Entreprendre c’est prendre des risques, parier sur l’avenir, se lancer dans l’inconnu, et souvent travailler seul" Damien Malezet, cofondateur de Byun

Le ecommerce a toujours le vent en poupe même si les experts s’accordent souvent à dire que le point de rupture est atteint et qu’il n’y aura plus de nouveaux sites, au risque de saturer le net. Chaque année des milliers de sites de vente en ligne voient le jour. Certes, nombreux sont ceux qui disparaitront faute d’avoir trouvé leur cible, mais certains sont promis à un bel avenir devant eux si on en juge la réelle valeur ajoutée et motivation apportée par les fondateurs.

C’est le cas de Byun, fondé il y a près d’un an par Mathilde et Damien Malezet, un couple qui a commencé sa carrière à Washington DC et à Guangzhou en Chine avant de rentrer en France, à Reims pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale avec leur site de décoration et d’accessoires lifestyle de designers français et internationaux.

buyn

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est quoi Byun ? D’où est née l’idée ?

Byun.fr est un site d’objets de décoration et d’accessoires lifestyle de designers français et internationaux.

Nous avons eu l’idée de créer Byun.fr, lorsque nous vivions en Chine. Pour les fêtes de Noël, nous cherchions des idées cadeaux originales. Et lors d’une ballade à Red Tory, le quartier artistique de Canton, nous avons flashé sur Tian Tian Xiang Shang, une statuette représentant un petit garçon rêveur. Après quelques recherches, nous avons découvert l’histoire et l’univers de Tian Tian Xiang Shang, créé par l’artiste hongkongais Danny Yung. Cette belle découverte nous a donné l’idée de créer un site qui rassemblerait tous nos coups de cœur dénichés à travers le monde, et qui sont encore inconnus en France.

Byun est à l’origine un terme mandarin, qui s’écrit 白云 en caractères et Bai Yun en Pinyin. Nous avons simplifié l’orthographe pour faciliter la prononciation. 白云 signifie « nuage blanc », c’est un symbole qui évoque pour nous la découverte et la créativité. Mais c’est aussi le nom du 1er quartier de Guangzhou que nous avons visité avec une magnifique montagne qui domine la ville. Pour nous 白云 marque le point de départ de notre aventure en Chine et du concept-store.

Sur quels critères choisissez-vous les créateurs ?

Nous marchons au coup de cœur ! Pour qu’un designer soit présent sur Byun.fr il faut que nous aimions ses créations mais aussi le message derrière chaque objet.

Quelle est votre valeur ajoutée par rapport à d’autres concept store et sites ecommerce de cadeaux et déco ?

C’est l’originalité et l’histoire des objets présents sur Byun.fr qui fait notre différence. Nous recherchons des objets originaux et peu connus France.

Sur notre site nous présentons également les designers, leur histoire et celle de chaque objet. Nous souhaitons partager ces histoires avec notre communauté afin qu’elle puisse connaître l’univers des designers et le message qu’ils souhaitent transmettre à travers leurs créations.

Pour raconter au mieux l’histoire de nos designers, nous réalisons des interviews que nous diffusons sur notre site internet.

Comment arrivez-vous à vous démarquer par rapport à la concurrence ?

Nous nous démarquons grâce à notre sélection d’objets présentés sur Byun.fr. Nous sommes les seuls à distribuer en France voir en Europe la plupart de nos objets.

Dès que nous le pouvons, nous passons du virtuel au réel en allant directement à la rencontre de nos clients. Nous participons à des marchés de créateurs. Nous exposons nos objets et leurs histoires dans des festivals ou des lieux insolites. Dernièrement nous avons présenté nos objets au Boom Bap Festival (festival de culture urbaine) ou nous avons pu redécorer la boutique de la Lunetterie Champenoise à Reims. C’est un opticien qui a la même démarche que nous, qui recherche des créateurs originaux et innovants, cette fois dans le domaine de l’optique.

Nous sommes les seuls à distribuer en France voir en Europe la plupart de nos objets

Comment utilisez-vous votre blog et vos réseaux sociaux dans votre stratégie marketing ?

Notre stratégie marketing et communication est 100% digitale et orientée réseaux sociaux. Nous nous servons des réseaux sociaux et de notre blog pour raconter l’histoire et l’actualité de nos objets et de nos designers. Nous diffusons aussi sur les réseaux sociaux les interviews des designers que nous réalisons.

Notre blog, nous permet également de mettre en avant nos coups de cœur et nos découvertes dans le domaine de l’art et de la culture.

Où en êtes vous dans le développement ? En vivez-vous ?

Le site est lancé et opérationnel depuis décembre 2015. Nous travaillons actuellement au développement de la notoriété de Byun.fr et sur l’explication de notre concept.

Pour le moment nous ne vivons pas de Byun.fr. Mathilde a trouvé un emploi salarié qui nous permet d’avoir un revenu régulier et moi je me consacre à 100% au développement du site.

Comment avez-vous financé le projet ?

Nous avons entièrement autofinancé notre projet. Pour le lancement de Byun, avec le développement du site, la création du logo et de la charte graphique et l’achat du stock de marchandises nous avons investi 15K€.

Pour vous entrepreneur, c’était une vocation ? Une opportunité ?

Depuis le début de ma carrière professionnelle, j’ai toujours voulu entreprendre mais je ne trouvais pas l’idée pour me lancer.  J’ai un carnet où je notais toutes mes idées mais à chaque fois je me disais que cela ne pourrait jamais fonctionner. Quand j’ai commencé à réfléchir au projet de Byun.fr, je me suis dit que cela pouvait fonctionner car c’était réaliste et original alors j’ai enfin décidé de me lancer.

Quel regard portez-vous sur la tendance entrepreneuriale actuelle ? Tout le monde peut il devenir entrepreneur ?

Je trouve que cette tendance entrepreneuriale est une très bonne chose. C’est un atout pour la France d’avoir cette nouvelle génération d’entrepreneurs qui ose se lancer et innover. Depuis le mois de mars dernier, je me suis investi au sein de StartinBloc Reims, la fédération des jeunes entreprises du bassin rémois. Notre objectif et de fédérer les jeunes entrepreneurs de notre région. J’ai rencontré de nombreux d’entrepreneurs et ils sont une véritable force pour notre ville et notre territoire.

Je ne suis pas certain que tout le monde puisse devenir entrepreneur. Entreprendre c’est prendre des risques, parier sur l’avenir, se lancer dans l’inconnu, et souvent travailler seul. Ce rythme et ce contexte ne peut convenir à tout le monde.

C’est un atout pour la France d’avoir cette nouvelle génération d’entrepreneurs qui ose se lancer et innover

Comment vous perçoit votre entourage depuis que vous êtes devenus entrepreneurs ?

Devenir entrepreneur suscite des réactions différentes. D’un côté, la majorité de notre entourage a trouvé notre démarche courageuse et nous a soutenus dans notre projet entrepreneurial.

Mais pour un certain nombre de personnes l’entrepreneuriat n’est pas considéré comme une véritable activité professionnelle mais plus comme un passe-temps qui permet de tout faire sauf travailler. Nous avons dû faire face à des remarques comme « tu as lancé un site web et ça t’occupe toute la journée?? », « comment ça tu ne te verses pas de salaire ? Travailler gratuitement quel intérêt ? » « Pourquoi tu ne trouves pas un vrai travail et tu travailleras sur ton site le week-end ? »

Pour un certain nombre de personnes l’entrepreneuriat n’est pas considéré comme une véritable activité professionnelle mais plus comme un passe-temps qui permet de tout faire sauf travailler

Que faisiez-vous à Washington et en Chine ? Pourquoi être revenus en France ?

A Washington, Mathilde travaillait dans une entreprise de conseil financier aux particuliers et moi j’étais Assistant Producteur de concert au sein de la Library of Congress.

En 2011, j’ai effectué une partie de mes études en Chine à Suzhou, et après avoir travaillé quelques années à Paris, nous avons décidé en 2014 de retourner en Chine. Mathilde était Responsable Financier d’un atelier de fabrication de bijoux et de mon côté j’ai effectué une mission au sein d’un département marketing d’une entreprise sino-française. Nous sommes revenus en France pour lancer notre site.

Pensez-vous un jour repartir à l’étranger ?

Depuis notre retour en France, nous pensons très souvent à la Chine, jamais deux sans trois ! 😉

En plus nous avons un lien particulier avec ce pays, c’est en Chine que j’ai demandé Mathilde en mariage. Alors oui on espère un jour pouvoir retourner en Asie et peut-être développer un Byun en mandarin J

Quels sont vos projets ?

Nous travaillons actuellement sur un projet caritatif et artistique autour de l’un de nos objets : le petit personnage de Tian Tian Xiang Shang du designer Danny Yung. En Asie, Danny Yung a demandé à des artistes chinois et japonais de peindre sur un Tian Tian Xiang Shang pour financer un programme culturel à destination des enfants défavorisés.

Nous avons souhaité poursuivre le projet de Danny Yung en France et plus particulièrement à Reims. Nous avons invité une dizaine d’artistes rémois à peindre et personnaliser un personnage. Nous mettrons en vente ces œuvres uniques sur Byun.fr. Les bénéfices des ventes seront reversés à une association rémoise : La Vue pour Tous. Cette association fondée par Jérôme et Laurie, deux jeunes rémois, vient en aide aux orphelins dans les zones de guerre en Afrique en leur faisant des bilans de vue et en leur fournissant des lunettes. C’est une très belle association et nous sommes très heureux de pouvoir inviter des artistes rémois à personnaliser l’œuvre d’un autre artiste hongkongais autour d’une opération artistique et caritative.

Et bien sûr nous continuons nos recherches des designers français et internationaux qui créent des objets originaux à présenter sur Byun.fr