A la rentrée, ne faites pas l’impasse sur vos journées off

A la rentrée, ne faites pas l'impasse sur vos journées off
A la rentrée, ne faites pas l'impasse sur vos journées off

Nous sommes de retour d’un long week-end, et pour certains allongés sur la plage pour encore plusieurs jours ou semaines et nous vous parlons déjà de l’intérêt de prendre une journée off de temps en temps dans votre vie d’entrepreneur. Oui oui vous avez bien lu ! Car une journée off, une vraie, ce n’est pas forcément un week-end. Le week-end, peut-être que vous ne travaillez pas, mais vous avez les enfants, les courses, le sport, les invitations etc… Tout ce que vous n’avez pas eu le temps de faire dans la semaine, mais que vous devez impérativement avoir terminé avant le dimanche soir. Et les vacances, et bien ce sont les vacances, il ne s’agit pas d’un break dans son emploi du temps, mais d’une institution bien établie depuis 1936 en France.

Une journée off c’est en-dehors des week-ends, des vacances, des jours fériés, des pauses obligatoires pour résumer. Car celles-ci ne sont pas forcément propices à prendre du recul sur votre startup, mais plutôt à déconnecter pour passer du temps avec vos proches, qui n’ont pas forcément envie d’entendre parler de vos interrogations professionnelles du moment.

Vous l’aurez compris, un week-end, un pont ou un séjour à Ibiza ce n’est pas forcément propice à une journée off où vous pourriez mettre votre cerveau sur « pause » et n’avoir aucune obligation, juste celle de nourrir votre créativité.

Car une vraie journée off, c’est une journée où vous n’avez rien de prévu : pas de réveil, pas de déjeuner avec des amis programmé à l’avance, pas de tarte aux fraises à préparer pour l’anniversaire de votre ado. RIEN.

Enfin RIEN est un grand mot. Il s’agit d’une journée où tout est possible, tout est spontané, une journée qui va vous permettre de vous ressourcer, de ne penser à rien d’obligatoire et ainsi de stimuler votre créativité.

Quand notre cerveau est trop stimulé, ce qui arrive à tous les entrepreneurs, il se met en mode « off » tout seul. C’est à dire que vous n’arrivez plus à réfléchir à rien, que vous ne trouvez plus les solutions des problématiques posées par vos employés ou vos clients, vous n’avez aucune idée lumineuse concernant vos projets et le pire c’est que comme cela vous énerve, vous tentez d’en faire encore plus pour trouver l’inspiration.

Erreur. On ne peut pas forcer son cerveau à produire quelque chose lorsqu’il est surmené. Vous aurez beau essayer de toutes vos forces, cela servira juste à vous renvoyer encore plus une image pathétique de vous-même… Et ce n’est vraiment pas bon, car vous rentrez alors dans un cercle vicieux négatif.

Souvenez-vous au lycée ou à la fac, quand vous ne trouviez pas la solution du problème alors que vous étiez sûrs que ce n’était pas compliqué. Il suffisait la plupart du temps de faire un break, prendre une tartine de Nutella ou lire OK Magazine pendant 30 minutes et paf vous reveniez avec LA solution ! Votre cerveau était surmené, vous n’aviez pas le recul nécessaire pour trouver ce qui était pourtant évident. Le cerveau on peut le commander, mais il a ses limites. Encore plus quand on vieillit :)

D’où l’importance de surveiller ces états de surmenage intellectuel et de ne pas attendre pour faire une pause, vous aérer et penser à autre chose. Casser votre rythme, votre quotidien et vos habitudes. La créativité a besoin de se nourrir de la nouveauté. De sortir du cadre pour se renouveler.

Donc ne culpabilisez pas si vous décidez de ne pas travailler demain, d’aller au cinéma, flâner sur les quais, manger un cupcake seul(e), lire une comédie romantique ou un polar sur votre canapé. Vous n’en serez que mieux ressourcé(e) le lendemain et les idées viendront toutes seules. Vous aurez beaucoup de mails à répondre, mais il y a toujours un prix à payer !