« Quand on privilégie le client, avec un bon produit, une bonne com’, on arrive à percer » Charlotte Journo-Baur co-fondatrice de Zoomdle

"Quand on privilégie le client, avec un bon produit, une bonne com', on arrive à percer" Charlotte Journo-Baur co-fondatrice de Zoomdle
"Quand on privilégie le client, avec un bon produit, une bonne com', on arrive à percer" Charlotte Journo-Baur co-fondatrice de Zoomdle

Charlotte Journo-Baur est la co-fondatrice de l’application mobile dont toutes les fashionistas et shopping addict ont pu rêver un jour : Zoomdle. L’application, disponible sur iTunes et Google Play, a été créée en janvier 2014 à l’initiative de Philippe Journo, PDG et fondateur de La Compagnie de Phalsbourg, père de Charlotte et 69e plus grande fortune française selon Challenges, elle permet d’acheter directement sur la market place de l’appli, depuis son smartphone, la pièce ou l’objet vu dans un magazine feuilleté dans le métro ou la salle d’attente du dentiste en flashant simplement l’article. Zoomdle, qui utilise une techno de reconnaissance de l’image permet d’identifier rapidement l’article en question et l’ajouter à son panier depuis son mobile, puis en quatre clics recevoir l’article à la maison sans passer par un site tiers.

charlotte journo

C’est la market place qui fait toute la différence par rapport à d’autres applications ou sites qui sont basés sur l’affiliation et renvoient les shoppeur(se)s chez des partenaires. Sur Zoomdle, l’acheteur(se) ne crée qu’un seul panier sur une unique plateforme. « On s’est mis à la place du client et on s’est dit qu’on ne pouvait pas le(a) renvoyer sur plusieurs sites différents pour se constituer le look vu dans un magazine » indique Charlotte, qui est diplômée de l’EM Lyon.

Notre principale valeur, c’est l’amour du client

Charlotte et son équipe misent sur l’expérience client ultra simplifiée afin que les utilisateurs deviennent des ambassadeurs de Zoomdle, sans avoir à déployer de plan marketing couteux.

Quand on privilégie le client, avec un bon produit, une bonne com’, on arrive à percer

Une techno qui permet aussi à Zoomdle de collecter énormément de data dont les marques et agences RP pourraient être friandes : produits les plus flashés ou qui ont eu le plus de parutions, produits phares, tendances de mode ou déco. Mais aussi une mine d’or pour les rédacteurs des magazines qui pourraient anticiper de façon optimale les sujets des prochaines éditions. Pourtant pour le moment, Charlotte se refuse à vendre ces données et se concentre sur le BtoC et le service proposé aux utilisateurs de l’application. Ce qui n’empêche pas de s’en servir pour faire des sélections shopping, comme le top des produits Grazia qui plait énormément aux shopping addict.

Pour le moment Zoomdle est partenaire de 18 magazines (dont Grazia, Biba, VSD, Prima, Men’s Health, Question de femmes, Black Beauty, Men in tendance, Mode et tendances, Paroles de maman) mais ne compte pas rester sur cette seule proposition de valeur, qui permet seulement une reconnaissance de l’image en 2D. Dès la rentrée, l’application proposera un service de personal shopper, gratuit, dont le rôle sera de dénicher n’importe quelle pièce flashée dans la rue, sur quelqu’un, dans un bar, sur le net et de la proposer à l’utilisateur(rice) en quelques heures. Idem si la personne cherche un article identique à une pièce de haute couture mais à prix abordable ou veut le même tabouret sur lequel il est assis dans ce fabuleux restaurant.

Toutes les envies on les accomplit, par la techno ou par l’humain

Le personnal shopper permettra aussi de remettre de l’humain derrière une application mobile. D’ailleurs actuellement chaque personne qui procède à un achat sur la market place fait l’objet d’un appel d’un membre de l’équipe moins de 24h plus tard pour savoir si tout s’est bien passé. A terme, lorsque les ventes augmenteront, Charlotte envisagera d’embaucher ou de faire appel à un call center si les besoins s’en font sentir.

Le contact humain dans le processus d’achat valorise le service

Pour le moment toute l’offre est gratuite pour l’utilisateur, seule une commission sur les achats est prélevée et la startup rémunère même les magazines pour le trafic qu’ils lui apportent. Charlotte, qui a lancé Zoomdle sur fonds propres et love money, n’envisage pas de lever des fonds et se concentre sur l’acquisition clients avant de valoriser l’entreprise dans un premier temps. Zoomdle qui a été lancée en avril 2014 a déjà été téléchargée 55 000 fois et 500 personnes l’utilisent chaque jour. Chaque personne reste 6 minutes sur l’appli et le taux de conversion est de 4 à 5%. En septembre Zoomdle aura une version tablette et un site internet (pour le moment le site existe mais est peu utilisé) ainsi qu’un blog sur lequel les utilisateur(rice)s trouveront des tutos, des conseils et des sélections mode et shopping.

visuel-zoomdle-flash