« Berlin est plus multiculturelle et plus internationale que Paris » Johannes Heinen, CEO de StyleLounge

"Berlin est plus multiculturelle et plus internationale que Paris" Johannes Heinen, CEO de StyleLounge
"Berlin est plus multiculturelle et plus internationale que Paris" Johannes Heinen, CEO de StyleLounge

StyleLounge est une plateforme de mode qui a été lancée en Allemagne en Octobre 2014 par des entrepreneurs du e-commerce. La startup développe aujourd’hui son activité en France ainsi qu’aux Pays-Bas auxquels suivront les marchés suédois, indien, australien, polonais et brésilien. La société vient de lever 2,3 millions d’euros pour poursuivre ce développement international.

StyleLounge permet aux utilisateurs de filtrer leur recherche en fonction de différents critères tels que la couleur, le prix et la matière pour ensuite mettre en comparaison les offres des différents partenaires. StyleLounge possède plus de 100 magasins partenaires qui proposent un catalogue de près de 1 400 000 produits.

Johannes Heinen, CEO de StyleLounge, a répondu à nos questions sur StyleLounge et sur l’entrepreneuriat en Allemagne :

Johannes Heinen, CEO de StyleLounge

C’est quoi StyleLounge ?
StyleLounge est une plateforme de mode en ligne, fonctionnant comme un méta-moteur de recherche. Créé en Mai 2014 par des entrepreneurs et spécialistes du e-commerce, StyleLounge possède déjà plus de 100 partenaires et plus de 1 200 000 produits diffusés. StyleLounge permet à ces utilisateurs d’avoir tous les facteurs décisifs dans l’acte d’achat : frais et délais de livraison, disponibilité du produit dans la taille désirée et bien sur le prix proposé par chaque e-boutique.

D’où est venue l’idée ?
Nous avons remarqué que le marché de la mode était très fragmenté et les consommateurs débordés par le nombre de e-boutiques. Les consommateurs ne souhaitent pas chercher sur chaque site le produit au meilleur prix qu’ils désirent. Je travaillais pour Dreamlines, un comparateur de prix de croisières, et c’est ce qui m’a permis de me familiariser avec les méta-moteurs de recherche. C’est ainsi que l’idée m’est venue. Il était nécessaire d’en avoir un aussi dans le domaine de la mode. Un site où l’on peut retrouver de nombreuses e-boutiques, comparer les prix, obtenir la disponibilité des produits.

Le marché de la mode est très fragmenté et les consommateurs débordés par le nombre de e-boutique

Qui se cache derrière ?
J’ai fondé StyleLounge, avec l’aide mon équipe : Guido (CMO), Jannik (CSO) et Alexander (CTO).

Quel est votre modèle économique ?
Nous travaillons directement avec les partenaires, une affiliation avec nos propres contrats de
partenariat.

Comment avez-vous séduit vos partenaires pour travailler avec vous ?
Pour séduire nos partenaires nous nous appuyons sur notre technologie nous démarquant largement de nos concurrents (Stylight ou encore Shopalike). Travailler main dans la main avec nos partenaires nous assure le meilleur trafic et les meilleures performances. Les partenaires nous paient sur une base de CPC (Coût Par Clic) ce qui optimise notre relation avec nos partenaires ainsi que les rendements.

Se lancer sur un domaine aussi concurrentiel que la mode, n’est-ce pas risqué ?
Nous sommes les seuls à offrir une comparaison de prix actualisée chaque jour, et les seuls à connecter tous les produits de nos partenaires sur une plateforme moderne et innovante. En l’espace de 6 mois après son lancement (Janvier 2015), nous avons été capables de signer avec plus de 100 boutiques en ligne et obtenir ainsi plus de 1 200 000 produits disponibles. Cette technologie assure notre développement dans le domaine de la mode.

Comment vous différenciez-vous ? Qu’apportez-vous de différent aux internautes ?
Aujourd’hui, dans le vaste domaine du e-commerce et toutes ses possibilités, nous résolvons 3 problèmes majeurs :

– Une comparaison des prix entre tous nos différents partenaires : les promotions, délais et frais de livraison ainsi que les conditions de retours.
– La disponibilité du produit : dans les différentes couleurs et tailles, l’utilisateur est certain de pouvoir trouver le produit désiré dans la taille et la couleur voulue.
– Plus besoin de chercher son bonheur sur chaque site, tout est regroupé sur une seule et même plateforme. (+100 partenaires sont présent sur notre site)

Qu’est ce qui a incité les investisseurs à croire en votre projet ?
Le financement d’amorçage de la startup vient des investisseurs TA Ventures et Astutia Ventures reçu en 2014. Nous nous appuyons sur un business model en constante évolution, flexible et arrivant au bon moment dans le domaine de la mode. Ce marché très varié empêche le consommateur d’avoir une vraie vue d’ensemble des possibilités offertes. De plus, on remarque une montée du professionnalisme au sein des e-boutiques ce qui nous permet d’obtenir des données produits de qualité que nous n’aurions pu obtenir auparavant. Pour les investisseurs, notre équipe et la technologie avancée que nous proposions ont été les facteurs principaux pour les convaincre. Et apparemment nous avons fait bonne impression.

Pour les investisseurs, notre équipe et la technologie avancée que nous proposions ont été les facteurs principaux pour les convaincre

Quel est aujourd’hui la place de l’écosystème startup en Allemagne ?
Il y a de nombreux programmes d’aide en Allemagne qui supportent ces start-ups allemandes financièrement parlant ou par leur savoir-faire. L’un de ces organismes les plus connus s’appelle « Exist ». EXIST est un programme d’aide du Ministère des Affaires Économiques et de l’Énergie (BMWi) intervenant pour améliorer l’environnement entrepreneurial au sein des universités et des instituts de recherche en Allemagne.

Combien y-a-t-il de startups à Berlin ? Quel est le secteur le plus porteur du moment ?
Il y a environ 45 000 start-ups en Allemagne (chiffre de 2014) et entre 2000 à 3000 uniquement à Berlin. Les meilleurs secteurs restent les domaines de la santé et de la finance, accrus par la sensibilisation de la part des médias et des investisseurs. De mon point de vue, il ne faut pas focaliser sur le meilleur secteur mais garder dans l’esprit quelles sont nos compétences et quels sont les problèmes à résoudre. Dans notre cas, c’était le marché de la mode : trop flou pour les consommateurs.

Il y a environ 45 000 start-ups en Allemagne (chiffre de 2014) et entre 2000 à 3000 uniquement à Berlin

Est-ce que l’économie allemande, et notamment l’emploi est tiré par ces startups ?
Je pense que le taux d’emploi est en lien avec sa forte croissance actuelle. En Allemagne il y a un nombre important de PME axées sur la technologie qui s’en sortent bien.

Créent-elles des vrais emplois et pas des stages comme en France ?
Les entreprises en Allemagne créent aussi bien des emplois que des stages. Certes les plus petites entreprises recrutent plus souvent des stagiaires pour aider leurs employés à plein temps. Mais depuis le 1er Janvier 2015, l’Allemagne a passé une loi sur le salaire minimum et assure aux stagiaires ainsi que les autres groupes de travail reçoivent un juste salaire.

Comment se situe Berlin par rapport à Paris au niveau de la dynamique entrepreneuriale ?
Je pense que Berlin est plus multiculturelle et plus internationale que Paris. On peut le remarquer au niveau de la dynamique entrepreneuriale et l’aide apportée aux start-ups. De plus, l’entrepreneuriat est beaucoup plus développé à Berlin qu’à Paris.

L’entrepreneuriat est beaucoup plus développé à Berlin qu’à Paris

En France les startups ont du mal à lever des fonds en amorçage, qu’en est-il en Allemagne ?
Il y a certes plus d’investisseurs à Berlin, mais cela reste difficile de lever des fonds en Allemagne. Nous avons eu la chance que nos investisseurs actuels proviennent de contacts et recommandations de la part de notre réseau. Cela nous a permis de les atteindre plus facilement pour leurs présenter notre projet. Mais il faut bien sûr les convaincre d’investir dans notre projet, et ce n’est pas toujours facile.

Qu’est ce qui fait que Berlin attire énormément de jeunes entrepreneurs du monde entier ? Y-a-t-il un secret ?
Un des avantages que possède Berlin reste le coût de la vie, en comparaison avec les autres grandes villes d’Europe de l’ouest, ces coûts sont moins élevés et attirent donc plus d’entrepreneurs étrangers. Parallèlement Berlin est assez multiculturel et international, il y est ainsi plus facile d’y vivre et d’y travailler sans être parler forcément couramment allemand.

Un conseil pour un entrepreneur français qui voudrait s’implanter en Allemagne ?
Dans un premier temps, mon conseil serait de ne pas avoir peur de venir en Allemagne même si vous ne pas couramment l’allemand, la plupart des personnes parlent anglais ce n’est donc pas un problème. Dans un second temps, je conseille de se construire un bon réseau. Il est souvent plus facile de réussir avec les bonnes personnes dans votre équipe et les bons contacts au sein de votre réseau qui sont toujours utiles.