Orange mise sur le continent africain pour sa croissance

Orange mise sur le continent africain pour la croissance du groupe
Orange mise sur le continent africain pour la croissance du groupe

Orange est l’une des entreprises françaises à croire le plus en le développement numérique de l’Afrique. Partenaire historique du continent, Orange y investit depuis plus de 20 ans et ne compte pas s’arrêter là. Hier la firme a annoncé avoir pris une participation minoritaire dans la startup Afrostream, un service de vidéo à la demande de séries et films africains, qui a intégré l’accélérateur américain Y Combinator cet été. Orange rejoint dans cet investissement The Family, Cross Culture Ventures et ACE & Company qui ont eux aussi pris une participation dans Afrostream.

Afrostream est qualifié par les experts de Netflix américain. Le service est disponible en Côte d’Ivoire et au Sénégal, mais aussi en France, en Belgique, en Suisse et au Luxembourg. Créé par Tonjé Bakang et Ludovic Bostral, la startup s’est fait connaitre en 2014, grâce à un partenariat avec TF1 qui lui a permis de diffuser plusieurs films africains, afro-américains et afro-caribéens sur son service de VOD.

Orange est aujourd’hui présent dans 19 pays africains et cherche de nouveaux relais d’investissement. La société a aussi misé sur Afrimarket, une startup spécialisée dans le transfert d’argent vers l’Afrique. Le montant des investissements s’élèverait entre 500 000 et 3 millions d’euros selon Les Echos, 1 million pour Afrimarket. Mais Orange n’investit pas seulement dans les startups et mise surtout sur sa force, les réseaux telecom. La société serait en négociation avec Bharti Airtel depuis juillet en vue d’acquérir quatre filiales de l’opérateur indien en Afrique subsaharienne au Burkina Faso, au Congo-Brazzaville, en Sierra Leone et au Tchad. Orange comptait 97,5 millions d’abonnés mobiles dans la zone Afrique & Moyen Orient, fin 2014.

Le continent africain serait ainsi l’une des zones avec le plus fort potentiel de toutes celles où est implanté Orange. L’Afrique, c’est 11 % des revenus d’Orange (7% en 2011), soit 4,3 milliards d’euros annuels pour environ 110 millions de clients sur les 240 millions du groupe. La société mise énormément sur la croissance des services financiers sur mobiles en Afrique avec Orange Money qui compte 15 millions de clients à travers le continent. En 2014, Orange Money a vu passer près de 5 milliards d’euros de paiements et de transferts d’argent. Il y a quelques semaines, Orange a lancé la première plateforme de crowdfunding mobile en Côte d’Ivoire, en partenariat avec HelloAsso, Orange Collecte. Cette plateforme permet aux particuliers et aux associations de financer leurs projets personnels (mariages, anniversaires, etc.) ou caritatifs (cotisations, événements, projets, etc.) en faisant appel à leur réseau. Le service est ouvert à tous les clients Orange Money du pays.

Enfin Orange a aussi lancé le programme Orange Fab à Abidjan il y a 1 an qui a pour objectif de faire émerger les startups africaines de demain et leur permettre un accès aux marchés, à l’expertise des équipes et à la présence mondiale d’Orange. La société est aussi partenaire de plusieurs incubateurs de startups sur le continent visant à créer des passerelles entre les écosystèmes à travers l’Asie du Sud-Est, l’Afrique, l’Europe, l’Amérique Latine et le Moyen-Orient.

Le potentiel de l’Afrique reste aujourd’hui énorme, avec en moyenne 5% de croissance annuelle, même s’il existe de nombreuses disparités selon les régions. Après 20 ans de présence sur le continent, Orange compte bien augmenter sa part du gâteau et devenir un acteur incontournable du développement africain.