Les chefs d’entreprise croient au retour de la croissance en France

Les chefs d'entreprise croient au retour de la croissance en France
Les chefs d'entreprise croient au retour de la croissance en France

La croissance, cela fait des années que la France l’attend, surtout les politiques et les chefs d’entreprise. Cette année 2015 pourrait enfin marquer son retour si on en croit les frémissements qui agitent les économistes depuis le début de l’année et surtout ces dernières semaines.

Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) tout d’abord, la croissance est bien là, mais le pays paye encore ses 7 dernières années de crise. Avec un taux de croissance du PIB attendu de + 1,1% sur 2015, le taux de chômage pourrait se stabiliser à 10% en fin d’année – 200 000 postes pourraient être créés en 2016 selon l’OFCE.

Avec une croissance du PIB de 1,8 %, l’année 2016 serait celle de la reprise, marquée par la hausse du taux d’investissement des entreprises, la création d’emploi et l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages créant un effet boule de neige. Et ce grâce à la baisse des prix du pétrole, à la montée en charge du CICE et au pacte de responsabilité ainsi qu’aux faibles taux d’intérêt et des perspectives d’activité qui s’améliorent. Ce sont les secteurs industriels et marchands qui bénéficieraient les premiers de cette reprise.
Des chiffres encourageants confirmés par l’INSEE en début de mois qui table sur les mêmes chiffres de croissance, malgré le ralentissement des économies émergentes et la baisse de l’investissement des ménages en logement qui reste le principal frein à la reprise en France.
Si cet optimisme peut faire sourire, les indicateurs avancés sont bien là, et notamment la reprise de l’intérim. En un an, le nombre d’intérimaires a augmenté de près de 1%. C’est dans le tertiaire qu’il a le plus rebondi, avec une hausse de 5,6% du nombre d’intérimaires sur un an, et dans l’industrie (+ 3,6%) (chiffres DARES). Les déclarations d’embauche à l’Acoss (sécurité sociale) sont également en progression. La confiance des ménages a aussi atteint son plus haut niveau en septembre depuis octobre 2007.
Mais c’est surtout le climat des affaires qui, en octobre 2015, s’améliore pour la première fois depuis août 2011, essentiellement dans les services et le commerce de détail. Des indicateurs plus confidentiels viennent aussi conforter cet optimisme, c’est le cas de l’emballage, un secteur où la production de papier et carton a augmenté de près de 9% en 2014. 58% des fabricants d’emballages français prévoient une hausse de leur production, selon l’Observatoire de l’emballage, signifiant des perspectives de croissance particulièrement à la hausse pour le secteur de la distribution, du commerce, de la logistique et du e-commerce.