« Entreprendre sa vie, via la création d’entreprise, est devenue une possibilité bien plus importante qu’avant » Franck Seels, directeur délégué au programme Je Crée en Nord-Pas de Calais

"Entreprendre sa vie, via la création d’entreprise, est devenue une possibilité bien plus importante qu’avant" Franck Seels, directeur délégué au programme Je Crée en Nord-Pas de Calais
"Entreprendre sa vie, via la création d’entreprise, est devenue une possibilité bien plus importante qu’avant" Franck Seels, directeur délégué au programme Je Crée en Nord-Pas de Calais

Le Nord Pas De Calais jouit généralement d’une image peu flatteuse dans les médias traditionnels : chômage, crise du textile et du charbon, guerre politique, faits divers sont les informations qui filtrent le plus souvent sur la région. Pourtant le Nord a relevé ses manches il y a bien longtemps et bon nombre d’initiatives ont été mises en place pour redonner une belle image du NPDC. Les startups et la création d’entreprise y ont toute leur place et font de la région un écosystème qui compte dans le paysage entrepreneurial français, au carrefour de l’Europe entre Londres et Bruxelles. Je crée en Nord Pas De Calais est l’un de ces projets qui veut faire de la région un hub économique en passant par la création de nombreuses entreprises pourvoyeuses d’emplois et d’un nouvel avenir.

Je Crée en Nord-Pas de Calais est un programme financé par la région qui a pour objectif de développer et de faciliter la création et la reprise d’entreprises, tout en orientant et informant le porteur de projet dans sa démarche de création ou de reprise. Je Crée s’adresse aussi bien aux étudiants, salariés ou demandeurs d’emploi. Ils peuvent bénéficier de conseils, de financements, d’un accompagnement et d’un suivi personnalisés auprès des professionnels de notre réseau.

Franck Seels, directeur délégué au programme Je Crée en Nord-Pas de Calais a répondu à nos questions :

FRANCK SEELS

Combien de projets ou porteur de projets accompagnez-vous depuis votre création ? Pour quels résultats ?

Le Réseau Je Crée permet chaque année d’informer, d’accompagner, de former, de financer et de suivre en moyenne 36 000 personnes par an depuis sa création en 2001.

Il s’agit d’une initiative privée ou publique ?

C’est une initiative financée à partir de fonds publics, principalement du Conseil Régional et des fonds européens mais aussi de l’État, les Conseils Départementaux et la Caisse des dépôts.

Quelle évolution voyez-vous ces derniers temps dans la tendance « entreprendre » ?

Le régime fiscal de l’auto entrepreneur créé en 2009 a fortement bougé les lignes, en permettant à bon nombre de personnes d’imaginer créer une activité complémentaire ou principale, avec plus de facilités administratives.
L’esprit d’entreprendre s’est développé notamment dans le Nord-Pas de Calais grâce au programme Je Crée en Nord-Pas de Calais et aussi « La suite dans les idées » à destination, notamment du public jeune.

Entreprendre sa vie, via la création d’entreprise, est devenue une possibilité bien plus importante qu’avant.
Il ne s’agit néanmoins plus d’un profil de créateur « pour la vie » mais bien de personnes qui ont envie de tester pour un temps « autre chose ». Passer du salariat à l’entrepreneuriat et réciproquement est aujourd’hui ancrée dans les mentalités. L’uberisation du monde du travail, qu’on le souhaite ou qu’on le déplore, tend vers toujours plus de travailleurs indépendants ; ils seront aussi nombreux que les salariés en 2020 aux USA.

Entreprendre sa vie, via la création d’entreprise, est devenue une possibilité bien plus importante qu’avant

Pourquoi y a-t-il beaucoup plus de créateurs que de repreneurs d’entreprises en France ? Que proposez-vous à ceux qui souhaitent transmettre/reprendre une entreprise dans le Nord ?

Il est plus facile et moins couteux de créer que de reprendre. De plus, toutes les entreprises ne sont pas à reprendre, au sens économiquement viable pour le repreneur… Cependant, il existe de nombreuses pépites à reprendre, à condition de les chercher.

Aujourd’hui peut-on dire que le Nord Pas De Calais se remet de la longue crise industrielle qu’il a traversée ?

Le NPDC a toujours été une terre d’entrepreneurs mais plutôt de grands entrepreneurs, ne serait-ce que les entrepreneurs de la grande distribution, de la VAD… Depuis le début des années 2000, le NPDC est devenu une terre d’entrepreneurs, également pour les personnes qui souhaitent créer leur propre emploi (94% des créateurs en région et en France créent uniquement leur propre emploi au démarrage de l’activité). Il y a toujours un retard en « stock d’entreprises » mais les mentalités ont évolué et le retard se résorbe petit à petit.

Le NPDC a toujours été une terre d’entrepreneurs mais plutôt de grands entrepreneurs

Pouvez-vous nous expliquer quelles ont été les grands projets mis en place dans le Nord pour sortir la région de la crise ces dernières années ? Qui s’est mobilisé concrètement ?

Dans le domaine de l’entrepreneuriat, les programmes « Je Crée en NPDC » et « La suite dans les idées » n’ont pas d’équivalent en France à cette échelle. Ces programmes ont contribué à faire de la Région la première région de France à obtenir le label EER de la Communauté Européenne, pour ses pratiques et méthodes en matière d’initiative et d’entrepreneuriat

Qu’est ce qui a fait qu’aujourd’hui le Nord apparait comme un hub économique en France ? Quels sont les atouts de la région pour rayonner en France et en Europe ?

100 millions de consommateurs dans un rayon de 300 km ; une situation géographique idéale au cœur de l’Europe ; un réseau ferroviaire et autoroutier de proximité, des réseaux d’accompagnements et de financement à la création d’activité adaptés… sont autant d’éléments favorables à la région.

Quelle est l’ambiance entrepreneuriale de la région ? Quel est le dynamisme startup ?

Le dynamisme des startups est essentiel ; les pôles que sont Euratechnologie, Eurasanté, Plaines Images, Serres Numériques… sont autant de formidables locomotives. Si l’image des startups est essentielle, elle ne représente qu’entre 3 et 5% de la création d’entreprise. 95% des créations, en France, restent l’affaire d’entreprises qui ne sont pas considérées comme startups mais qui contribuent au dynamisme économique du territoire. Le boulanger, le fleuriste, le maçon … sont des forces essentielles.

95% des créations, en France, restent l’affaire d’entreprises qui ne sont pas considérées comme startups mais qui contribuent au dynamisme économique du territoire

Pourquoi le nord est-il aussi peu présent dans les médias pour ces belles actions selon vous ? Son image de région sinistrée lui colle-t-elle toujours à la peau ?

Nous souffrons effectivement d’un déficit de notoriété, véhiculé par des médias qui pour certains soit ne sont jamais vraiment venus dans le NPDC, soit préfèrent mettre le doigt sur des réalités anxiogènes. Il ne faut pas nier que le NPDC souffre sur bon nombre de points (chômage, santé…) mais il y a aussi de réelles réussites économiques et sociales. Nous sommes adeptes du « verre à moitié plein ».

Lille peut-elle concurrencer Paris, Bruxelles, Londres, Amsterdam, Berlin dans la course aux startups ?

Nous avons les outils « pour cela » en termes d’incubateurs, de pôles de compétitivité…

Pourquoi ne pas « exporter » le modèle de dynamisme et revalorisation à d’autres régions sinistrées ?

Nous entrons la dans un domaine « de stratégie politique » mais sachez que le modèle « Je Crée en NPDC » a inspiré bon nombre de régions à qui nous avons présenté le programme.

Votre structure a-t-elle vocation à se dupliquer ailleurs ?

Pourquoi pas mais c’est d’abord une initiative régionale et si les résultats sont significatifs, il nous reste encore bon nombre de chantiers à réaliser sur notre territoire régional.