« Le développement d’une entreprise qui va sur ses 100 ans prend du temps… » Giovanna Graziosi, gérante de la SCOP Les Jouets du Queyras

"Le développement d’une entreprise qui va sur ses 100 ans prend du temps..." Giovanna Graziosi, gérante de la SCOP Les Jouets du Queyras
"Le développement d’une entreprise qui va sur ses 100 ans prend du temps..." Giovanna Graziosi, gérante de la SCOP Les Jouets du Queyras

Fondée en 1920 à Arvieux dans le col d’Izoard (05), la société Les jouets du Queyras est spécialisée dans la fabrication et la vente de jeux et objets en bois faits à la main et 100 % made in France. Située en plein cœur de la montagne, l’entreprise a été créée à l’origine dans le but de favoriser l’emploi au niveau local. Le modèle « SCOP », en parfaite adéquation avec la philosophie de l’entreprise – qui a pour leitmotivs l’échange et l’écoute de chacun – s’est imposé comme une évidence.

La SCOP compte aujourd’hui cinq membres : Giovanna Graziosi, actuelle gérante de l’entreprise, deux menuisiers, une personne en charge de la boutique d’Arvieux, ainsi qu’une peinteuse. C’est ensemble qu’ils œuvrent au développement de l’entreprise, qui a vu récemment ses jouets et objets traditionnels se renouveler, le tout dans le respect de la tradition, la touche de modernité en plus. Figurines, jeux d’éveil, mobilier… de belles idées cadeaux tout en bois pour Noël !

Giovanna nous en dit plus :

Giovanna GRAZIOSI

Depuis quand avez-vous repris la SCOP ?

Je suis Gérante élue depuis le 17/09/2013.

Quelle était votre histoire personnelle avec Les jouets du Queyras pour rejoindre l’aventure ?

J’ai toujours travaillé dans le commerce et la production de jouets mais pour des chaines de magasins telles que Imaginarium (Espagne), Citta del sole (Italie), Chicco (Italie). Je n’ai pas fait une reprise de la SCOP, je suis devenue coopératrice et la SCOP m’a élue gérante.

Et depuis où en êtes-vous du développement ?

Le développement d’une entreprise qui va sur ses 100 ans prend du temps… On commence à voir maintenant les premiers résultats : 2 dépôts-ventes à Paris, 1 à Lille, un nouveau site internet qui commence à apporter des résultats intéressants, plusieurs dépôts-ventes dans la région… et peut être des ventes en Chine bientôt.

Le développement d’une entreprise qui va sur ses 100 ans prend du temps…

Dans un contexte d’achat de masse de jouets en provenance de Chine, comment arrivez-vous à assurer la pérennité des Jouets du Queyras ?

C’est un contexte économique et social difficile mais on travaille beaucoup sur la qualité de nos jouets et sur le développement de nouvelles idées afin non seulement de conserver la clientèle qui nous suit depuis des années mais aussi de toucher de nouveaux clients.

A partir de quand avez-vous senti cette évolution de l’achat du jouet de qualité made in France au mass market à moindre coût ?

Je suis devenue maman il a 4 ans et je pense que notre génération est beaucoup plus attentive à l’environnement. Donc on cherche à transmettre ces valeurs à nos enfants en commençant dès le plus jeune âge avec des jouets plus écologiques et plus durables. Les gens sont désormais conscients que pour avoir des produits de qualité et du Made in France, il faut payer un cout plus élevé. Le Made in France de qualité à moindre coût ça n’existe pas : ce sont souvent des produits simplement assemblés en France.

Les gens sont désormais conscients que pour avoir des produits de qualité et du Made in France, il faut payer un cout plus élevé

Quelle est votre clientèle ? Que recherchent-ils en venant chez vous ?

Notre clientèle se divise en deux: les anciens clients qui reviennent chez nous parce qu’ils ont connu nos jouets quand ils étaient enfants et les nouveaux clients qui recherchent un produit de qualité et surtout un jouet en bois durable qui respecte l’environnement. Notre bois est issu des forêts locales (Parc Régional) gérées de manière durable.

Quel est votre impact économique dans votre région ? Et votre implication au-delà de l’aspect économique ?

On est une équipe de 5 coopérateurs dont 4 de Arvieux et un de Guillestre, tous à temps plein, plus un saisonnier pour l’été. On travaille avec des entreprises du Queyras pour la coupe et le sciage du bois. Même si c’est plus cher, on préfère faire travailler les locaux !

L’ancrage territorial c’est encore aujourd’hui important ? Comment le percevez-vous ?

Bonne question ! On a par exemple un problème avec le nom de l’entreprise : le Queyras n’est pas assez connu donc ça me pose des soucis avec les revendeurs (et avec mon accent, ça ne les aide pas à comprendre qu’on est en France). La connexion internet à 2MB, un lieu difficile à attendre l’hiver… le Queyras c’est aussi ça… pas facile pour une entreprise de survivre ici…

Selon vous quel serait le rôle à jouer des entrepreneurs pour redynamiser les villages et (re)donner de l’emploi aux habitants ?

Malheureusement, on a du mal à trouver des jeunes qui ont envie de travailler à l’année et dans une fabrique des jouets. On va moderniser notre production (baisse du cout de revient = plus des revendeurs).

Quel est l’intérêt de travailler en SCOP aujourd’hui ?

L’intérêt de travailler en Scop ? Être propriétaire de son entreprise et voir notre travail d’une façon différente.

L’intérêt de travailler en Scop ? Être propriétaire de son entreprise et voir notre travail d’une façon différente

Quel est votre premier canal de distribution ?

C’était le magasin d’Arvieux, maintenant le site internet et les revendeurs commencent à prendre plus de place. Pour ce qui est de l’international, nous allons participer en 2016 à la foire du jouet de Nuremberg, dédiée aux professionnels !

Quels sont vos projets à moyen terme ?

Le développement du site internet, la recherche constante de revendeurs et développement des marchés à l’étranger.

helicotot-480x480  puzzle-poisson-480x480

 

roulette-souris1-480x480  coqbm-480x480