Fais ta part petit papillon…

Fais ta part petit papillon...
Fais ta part petit papillon...

C’est par une multiplication des initiatives individuelles que nous créerons un monde de demain plus beau. Une maxime que nous oublions très souvent quand nous traversons une mauvaise passe, qu’elle soit personnelle ou sociétale nous plongeant alors dans un aquoibonisme déprimant et contre-productif. Mais si chacun pense ainsi, dans quel état sera notre société dans peu de temps ?? Ce n’est pas parce que nos actions sont petites et ne changent pas le monde en son entier qu’elles sont inutiles. Chaque chose que nous faisons pour les autres améliore leur vie, leur donne de la joie de vivre, les rend heureux, leur redonne confiance. C’est certes infime à l’échelle de la planète, mais nous ne pouvons pas tous être Mark Zuckerberg ou Bill Gates et céder notre fortune à des fondations qui vont éradiquer la faim dans le monde ou faire.

Pour autant devons-nous ne rien faire, ne penser qu’à nous, fermer les yeux sur ce qui se passe autour de nous et ne vivre que pour nous-mêmes, en refusant d’affronter la réalité et de donner un peu de soi à ceux qui en ont besoin, que nous les connaissions ou pas ? Chaque jour nous pouvons contribuer à améliorer le monde dans lequel nous vivons, par de simples gestes, tel que le tri de nos poubelles, consommer moins et mieux, se fournir chez ses petits commerçants de quartier, sourire et échanger quelques mots avec nos voisins de palier, aller parler d’entrepreneuriat aux jeunes dans les écoles, coacher un startuper qui lance une entreprise de l’économie sociale et solidaire, rendre visite aux personnes âgées dans les hôpitaux ou maisons de retraite, faire un don au Téléthon ou aux Restaurants du coeur et bien d’autres choses encore…

Vous pouvez d’ailleurs lire sur le sujet, le livre de Pierre Chevelle Changer le Monde en 2h, pour réaliser que vous pouvez faire tellement de choses pour améliorer ce monde que vous êtes nombreux à trouver plus dur, plus injuste, plus inégalitaire, plus dangereux, plus stressant qu’avant. Avant quand vous étiez jeunes et que vous croyiez à un monde meilleur idéalisé que vous n’avez pas vu venir… Et pourtant ce monde meilleur il est bien là, créé par des gens comme vous et moi, par des petites initiatives devenues grandes. On vit des moments difficiles, de nombreux jeunes sont laissés sur le carreau, la mondialisation n’a pas créé que du bon, le chômage est massif, les réseaux sociaux déshumanisent les relations, on ne peut pas le nier, mais doit-on oublier tout ce que cette nouvelle société nous a amené ? Et pas seulement ces dernières années avec internet, car bien avant les changements sont arrivés, parce que des gens, des inconnus, y ont cru, se sont unis les uns aux autres, se sont battus, n’ont jamais baissé les bras quoiqu’il arrive en se disant qu’ils laisseraient un monde meilleur aux nouvelles générations.

On peut donc tous faire notre part, qui que nous soyons et d’où que nous venions, quelques soient nos moyens. Nous pouvons nous engager pour les autres, voir le verre à moité plein, arrêter de nous lamenter sur notre sort parce que les choses n’avancent pas comme on le souhaite, trouver du sens à tous les aléas de la vie et transformer les coups du sort en expérience positive, ne plus se trouver d’excuse pour ne rien faire « parce que ça changera rien », fuir ceux qui nous tirent vers le bas, participer à tous ces mouvements de conspirateurs positifs qui envoient de la joie et de la bonne humeur autour d’eux, rebondir après un échec parce que malgré tout on a de la chance de vivre notre vie telle qu’elle est, donner de son temps à ceux qui en ont besoin, être heureux pour les autres et surtout puiser notre bonheur dans ces petites actions que nous accomplissons chaque jour en se disant qu’on participe ainsi à créer un monde plus beau.