« A Hong Kong, l’image de la Frenchtech est plutôt bonne, comme partout dans le monde ! » Vivian Meriguet, cofondateur de Wild At Heart

"A Hong Kong, l'image de la Frenchtech est plutôt bonne, comme partout dans le monde !" Vivian Meriguet, cofondateur de Wild At Heart
"A Hong Kong, l'image de la Frenchtech est plutôt bonne, comme partout dans le monde !" Vivian Meriguet, cofondateur de Wild At Heart

En Asie, Hong Kong semble attirer tous les regards quant au dynamisme naissant de sa scène startup qui fait rêver de nombreux talents du monde entier. Avec plus de 7 millions d’habitants, un haut niveau scolaire, des infrastructures de bonne qualité, un emplacement stratégique, une jeunesse qui a envie de faire bouger l’île, Hong Kong pourrait bien être le hub international de l’année 2016 pour les startupers à le recherche de nouvelles idées de business et d’une expérience insolite en Asie.

Vivian Meriguet, installé à Hong Kong depuis plusieurs années, cofondateur de Wild At Heart, une agence digitale spécialisée nous en dit plus sur cette vague startup qui déferle sur l’Île :

vivian-meriguet

C’est quoi Wild At Heart ? D’où est née l’idée ?

Wild At Heart est une agence de digital marketing basée à Hong Kong. Notre savoir-faire est d’augmenter la visibilité on-line d’une marque, d’un produit ou d’un service sur le web, en utilisant les différents véhicules du marketing digital : le référencement sur les moteurs de recherche, l’optimisation des réseaux sociaux, l’emailing marketing, e-reputation, etc …

Avec mes deux associés, cela fait 8 ans que nous élaborons des stratégies de marketing internet et nous accompagnons nos clients dans leur stratégie web, qui peuvent être des startups ou des institutionnels, pour des marchés locaux ou internationaux.

Qu’est ce qui vous a mené à la création de Wild At Heart ? Quel est votre parcours ?

C’est en 2007 que nous avons découvert qu’il était possible de gagner de l’argent sur internet, lorsque nous avons développé nos propres projets ”in-house” dans des niches internet : le business model consiste à amener un maximum de trafic qualifié sur un site web depuis les moteurs les recherche, pour, dans un second temps, monétiser cette audience avec de l’affiliation, de la vente d’espace publicitaire, Adsense, etc… tout en optimisant par l’application de techniques de “conversion marketing”.

A l’époque, il existait très peu de formation scolaire de web-marketing alors qu’on en trouve de nombreuses aujourd’hui. Nous nous sommes donc “auto-formés” sur les techniques de référencement internet, principalement en s’inspirant des ressources sur les sites américains, comme MOZ par exemple. En appliquant ces techniques sur le marché français, nous avons rapidement obtenu d’excellents résultats en terme d’augmentation du trafic.

En 2007, il existait très peu de formation scolaire de web-marketing alors qu’on en trouve de nombreuses aujourd’hui

Pourquoi avoir créé à Hong Kong ? Pourquoi pas en France ?

A l’époque, nos revenus provenaient exclusivement de nos propres projets web, nous étions libres de travailler partout dans le monde. Nous sommes donc un peu partis à l’aventure et nous avions toujours été attirés par l’Asie.

En tant que bon “geeks”, nous rêvions d’aller au Japon mais nous avons vite été refroidis par la barrière de la langue et par les complications administratives. Hong Kong était donc un bon compromis et avec le recul, je ne regrette absolument pas notre choix.

L’environnement des affaires est incroyable ici, tout est beaucoup plus simple et rapide qu’en France : créer une société, ouvrir un compte bancaire, développer son réseau, recruter des talents, lever des fonds, etc.

Qui sont vos clients ? Comment les avez vous séduits ?

Nous avons un profil de clients assez varié, des startups, des marques de luxe, des PME, pour des missions de référencement local à Hong Kong ou en Asie, mais aussi pour des stratégies d’acquisition au niveau mondial.

Nous obtenons nos nouveaux clients principalement par recommandations de la part de nos clients existants et via un réseau local que nous avons développé. A titre d’exemple, nous proposons des formations au sein des services marketings de grands groupes qui vont ensuite nous faire confiance pour des missions spécifiques d’amélioration de leur visibilité on-line.

Quelles sont vos plus belles réussites et les défis auxquels vous avez du faire face ?

L’une de nos récentes réussites a été de participer à l’élaboration, le management et la promotion de la campagne Kickstarter de la start-up française Hexo+, la première société à commercialiser des drones loisirs autonomes connectés à votre smartphone, ce qui a permis de lever plus de 1,300,000 USD en un mois.

Je pense aujourd’hui que notre plus gros défi a été de réussir à passer de 2 employés à 10 collaborateurs en quelques mois, ce qui nous a demandé énormément d’efforts en terme d’organisation et de structuration de nos process internes.

Notre plus gros défi a été de réussir à passer de 2 employés à 10 collaborateurs en quelques mois

Votre équipe est-elle expat ou locale ? Comment faites-vous au niveau du management ?

Pour moitié, ce sont des hongkongais, le reste des équipes étant assez cosmopolite avec un anglais, un indien, une italienne, une française … Un des principaux critères de notre recrutement est d’exiger un excellent niveau d’anglais. Pour ce qui est du management, nous essayons de donner le maximum d’autonomie et de liberté à notre staff, même si la confiance n’exclue pas le contrôle.

Quelles sont les avantages et inconvénients d’une vie d’expat à Hong Kong ?

Si vous aimez le calme et que vous craignez le monde, il ne faut pas venir à Hong Kong car cette ville est complètement folle, une incroyable énergie vous aspire au milieu des buildings ! Le week-end, nous vivons comme des princesses, tout est simple et rapide, et il y en a pour tout les goûts : de la cuisine du monde entier, les plages à 20 minutes de transport, de superbes randonnées, du shopping, une night-life complétement dingue, les spas et les massages à des prix ridicules, la Thaïlande, les Philippines, le Vietnam à 3h de vol, etc.

Si vous aimez le calme et que vous craignez le monde, il ne faut pas venir à Hong Kong car cette ville est complètement folle

Qu’apportez-vous à la scène entrepreneuriale et startup de Hong Kong ?

Nous essayons de participer régulièrement aux différents salons et les événements de networking organisés par les incubateurs locaux. En complément, nous animons régulièrement auprès des chambres de commerce et des associations des conférences sur les sujets du digital marketing, du référencement internet et l’optimisation des réseaux sociaux.

Quel est l’état d’esprit entrepreneurial à Hong Kong ? Les français sont ils très impliqués ?

De très nombreux entrepreneurs du monde entier viennent profiter des avantages de Hong Kong, de ses facilités administratives, bancaires, douanières et fiscales, du personnel qualifié, de son statut de place financière mondiale, de son port et de son aéroport pour le fret, etc. Hong Kong est un point de chute idéal pour conquérir la Chine et les marchés des pays émergents d’Asie du Sud-Est.

Cela fait longtemps que les français sont impliqués dans le développement de cette mégalopole, que cela soit dans les domaines de la finance, de la construction, du luxe ou encore de la restauration.

Cependant, un véritable boom des expatriations françaises ces 4 dernières années ont fait que les français sont devenus la communauté la plus importante de Hong-Kong, devant les britanniques.

En près de 5 ans de présence à Hong Kong, vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’entrepreneurs français que j’ai pu rencontrer, dans les domaines de la restauration, du fintech, de l’IT, du web, du trading, du retail, … Certains ont évidement échoué, mais j’ai pu voir de très belles réussites.

Un véritable boom des expatriations françaises ces 4 dernières années ont fait que les français sont devenus la communauté la plus importante de Hong-Kong, devant les britanniques

Quels sont les secteurs porteurs en ce moment à Hong Kong ?

Il y aura toujours de l’emploi dans des secteurs historiquement porteurs comme la finance, le luxe, la construction, le trading et la restauration.

Depuis peu, les pouvoirs publics ont décidé de mettre des moyens pour développer les secteurs “tech” et favoriser l’implantation des startups en créant différents incubateurs qui accélèrent leur développement avec des subventions, en fournissant des espaces de co-working, en facilitant les levées de fonds ou encore en aidant à l’obtention des visas.

Une très belle effervescence est train de se créer autour des startups, avec un certain dynamisme en terme de création d’emplois. Nous constatons d’ailleurs une grande carence de talents dans le digital et l’IT, avec donc de très belles opportunités pour les bons programmeurs.

Et enfin, même si il peut être un peu tôt, je pense que le secteur du “green” a beaucoup d’avenir dans la région, car lorsque les autorités vont enfin décider d’améliorer une bonne fois pour toutes les performances écologiques des bâtiments, des transports, de l’eau et des entreprises, tout va allez très très vite !

Comment sont accueillis les startupers français ?

Il est évidemment facile de surfer sur la “french touch” dans les domaines de la restauration, du vin, de l’art ou de la mode.

Et comme ailleurs dans le monde, l’image de la “french tech” est plutôt bonne, nous sommes réputés pour notre sérieux, notre bonne productivité et notre créativité dans les domaines de l’ingénierie.

Il existe désormais de nombreuses startups françaises tech à Hong-Kong avec de très belles compétences dans les domaines du web, software, mobile app, design, online-marketing, data… Tout est allé très vite et nous manquons encore de structuration et de communication entre les différents acteurs “tech”, mais là aussi, les choses sont en train d’évoluer grâce à la bonne volonté de chacun, l’idée étant d’arriver à avoir une visibilité et une offre commune.

Comme ailleurs dans le monde, l’image de la “french tech” est plutôt bonne

Un conseil pour un français qui voudrait créer sa startup à Hong Kong ?

Dans un premier temps, prendre le temps d’évoluer plusieurs semaines à Hong Kong car le style de vie n’est pas adapté à tout le monde est j’ai vu beaucoup de personnes s’user et rentrer à cause de l’environnement global jugé hostile, de la pollution et des petits espaces pour vivre et travailler. Je conseillerais aussi de prévoir un certain budget pour les premiers mois de lancement, notamment pour vivre au quotidien, et parce que les coûts de logement et de certains prestataires peuvent être assez élevés.