Les Français bouderaient l’entrepreneuriat…

Les Français bouderaient l'entrepreneuriat...
Les Français bouderaient l'entrepreneuriat...

Les Français bouderaient l’entrepreneuriat…

Selon les médias qui ont reçu le communiqué officiel de l’AFP relayant les chiffres de la création d’entreprises sur l’année 2015 de l’INSEE… Le nombre cumulé de créations d’entreprises s’est établi durant les douze derniers mois à 525’091 en données brutes, contre 550’794 en 2014, a précisé l’Institut national de la statistique et des études économiques.

En effet à première vue, on constate un recul des immatriculations d’entreprises de 4,7% sur l’année 2015 par rapport à 2014. Mais à y regarder de plus prêt, il s’avère qu’il s’agit seulement d’un chiffre dû à une forte baisse du nombre de micro-entrepreneurs (anciennement auto-entrepreneurs) de l’ordre de 21,2% par rapport à l’année passée. « À l’inverse, les créations d’entreprises individuelles hors micro-entrepreneurs bondissent (+27,6 %) et les créations de sociétés s’accroissent aussi (+3,8 %) », précise l’Insee. Pas de quoi s’alarmer donc et surtout éviter de faire des amalgames simplistes en criant haut et fort que l’entrepreneuriat est passé de mode. D’autant plus que ce chiffre reste très largement supérieur à celui de 2008, avant la création du statut d’auto-entrepreneur où seulement 300 000 entreprises avaient vu le jour. Aujourd’hui avec près de 6 millions de chômeurs et sans aucune perspective d’inversion de la courbe du chômage avant la fin du mandat de François Hollande, il vaut mieux prendre sa vie en mains en créant son activité plutôt qu’attendre en vain de dénicher un CDI.

De plus, même si le nombre de nouveaux micro-entrepreneurs baisse, en décembre 2015, leurs demandes d’immatriculation représentaient encore 42,6% des créations d’entreprises sur les douze derniers mois, contre 51,4% en décembre 2014. A l’heure actuelle on ne peut déterminer s’il s’agit d’une réelle tendance baissière ou une stabilisation, 7 ans après la création de ce statut, ou une coincidence, après une année 2015 qui a bousculé les repères des Français. Ou encore un transfert vers les créations de « vraies » entreprises sur des projets solides (38% des auto-entrepreneurs ne démarraient aucune activité avant la réforme plus contraignante de la Loi Pinel selon l’INSEE) alors que le statut ne cesse d’être attaqué et remis en cause par les pouvoirs publics et les corporatismes depuis sa création, notamment dans l’artisanat. Mais il semblerait qu’une nouvelle simplification soit à l’étude au ministère de l’économie…

« La construction et le commerce sont les secteurs contribuant le plus à la baisse générale », avec des reculs respectifs de 17,7 % et de 16,6 % en 2015, tandis que plus d’entreprises se sont créées dans le secteur des transports (+ 45,7 %), selon l’Insee. La faute, en partie, à Emmanuel Macron qui a libéralisé le transport de personnes en autocar il y a quelques mois, ainsi qu’à l’augmentation du nombre d’entrepreneurs dans le secteur du VTC : l’ubérisation de la société est en marche. Un autre secteur est en véritable explosion, celui de la livraison de colis (multiplié par 4 par rapport à 2014) sous toutes ses formes, mais n’ayant aucune assurance quant à leur perrenité sur un marché vérouillé par la Poste et des transporteurs très implantés. A moins que le Food Delivery ne soit vraiment l’avenir de l’entrepreneuriat français. Et peut-être mondial.


Pour aller plus loin…

  • Le livre

Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite !

Vous pouvez vous offrir mon livre Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite ! Manuel inspirationnel à destination des (futurs) entrepreneurs en cliquant sur Acheter !