Le fitness, un secteur promis à un bel avenir

Le fitness, un secteur promis à un bel avenir
Le fitness, un secteur promis à un bel avenir

S’il est un domaine qui se porte bien en France, c’est le secteur du sport. En effet 8,2% de la population française est inscrite dans l’un des 4000 clubs de l’Hexagone, soit une augmentation du nombre d’adhérents sur 2016 de 5%. Avec un prix moyen d’abonnement mensuel à 41€, en baisse constante ces dernières années grâce au développement des enseignes low cost telles que l’Orange Bleue, Keep Cool, Magic Form et Basic-Fit. Ces dernières ont ouvert 145 clubs en 2016 et possèdent un total de 649 clubs sur l’ensemble du territoire à fin 2016 selon une étude de Deloitte et EuropeActive sur la santé et le fitness en Europe.

Le marché des salles de fitness pèse 2,46 milliards d’euros en 2016, plaçant la France en troisième position derrière l’Allemagne et le Royaume Uni. Avec un chiffre d’affaires de 26,3 milliards d’euros en 2016, l’Europe se positionne même comme le premier marché de la santé et du fitness, devant les États-Unis (23,3 milliards d’euros en 2015) !

Au delà du Low Cost, c’est tout le secteur qui a connu une augmentation à la fois du nombre d’enseignes premium et des concepts dits de « boutique fitness », qui reposent sur une seule activité tels que le fonctional training (CrossFit), les cours particuliers, le Pilates ou le yoga. En outre, alors que la majorité des clubs français appartient à des entrepreneurs indépendants, le marché se caractérise aussi par un nombre important de franchises : dans le Top 10 des principales enseignes de fitness, 9 sont des franchises.

Il y a un an et demi, nous interviewions Patrick Mazerot, fondateur de l’enseigne L’Appart Fitness, qui nous indiquait que « 1000 à 2000 clubs pouvaient encore se créer » sur la Métropole ces prochaines années. Ajoutant « dans ces créations, il y aura la place pour les différents segments d’offre, du premium au low cost, sans oublier l’émergence de micro gym (pilates, RPM, crossfit, …)« , une tendance confirmée dans cette étude Deloitte et EuropeActive.

Le fitness, est un marché certes éloigné de la vague startup & technologie qui fait rêver les jeunes entrepreneurs, mais qui a de beaux jours devant lui, même si l’apport personnel peut être un frein pour un futur entrepreneur. il faut compter « entre 70.000 et 125.000 euros » pour l’Appart Fitness, mais « l’objectif est une rentabilité dès la première année avec des EBE qui iront de 20 à 35% dès la deuxième année. Cette rentabilité permet un retour sur investissement rapide, favorisant l’ouverture d’un deuxième voire d’un troisième établissement en multi sites » selon Patrick Mazerot.

Si les enseignes devraient se consolider cette année, le marché permet aussi à des primo-accédants de se faire une place en misant sur des concepts de « boutique fitness » hyper spécialisées, des offres proposant du fitness en plein air ou à la maison, avec des coachs particuliers ou pour des petits groupes, dans des petites surfaces, type studio. Une solution face au coût d’un local de plusieurs centaines de mètres carrés, traditionnellement observé dans les enseignes low cost ou premium. Les entreprises devraient aussi de plus en plus proposer à leurs employés des programmes de bien-être soit en installant un club de sport à l’intérieur de leurs murs soit en souscrivant un contrat avec une salle de sport, offrant là de nouvelles perspectives à tous les professionnels du secteur.