5 bonnes raisons de s’expatrier

5 bonnes raisons de s'expatrier
5 bonnes raisons de s'expatrier

Après notre plaidoyer sur la campagne de retour à la maison de 10 grosses startups françaises, intitulée #reviensleon qui a voulu démontrer que l’expatriation n’était pas une trahison envers la France (d’ailleurs le Général de Gaule et les mouvements de résistance n’ont-ils pas libéré la France depuis l’étranger ?…) mais plutôt une contribution au rayonnement de l’Hexagone au delà de ses frontières, aujourd’hui nous vous donnons 5 bonnes raisons de partir ailleurs, voir un autre monde… Sans culpabiliser et avec le sourire !

  • Découvrir le monde

La France n’est pas le centre du monde. Aller ailleurs, c’est partir à la découverte d’une autre culture, d’habitudes de vie différentes, de façons de faire inconnues loin de ce qu’on a appris à l’école ou dans sa famille. Notamment dans le monde du travail, loin de la « sécurité de l’emploi » à la française, du recrutement sur diplôme et appréhender l’obligation de faire ses preuves rapidement et durablement. Découvrir le monde c’est se dire que tout est possible, que les portes sont grandes ouvertes et que les rêves de réussite pourront s’exaucer une fois ailleurs. Utopie ou non, elle a le mérite de stimuler…

  • Faire son expérience

Ce n’est pas en restant chez soi, dans son village natal qu’on a des chances de renforcer son expérience. A l’image des provinciaux qui montaient à la capitale pour apprendre un métier au siècle dernier, aujourd’hui les jeunes font de même, mais à l’étranger, les frontières n’étant plus fermées avec les liaisons aériennes rapides ainsi que le net. La mondialisation nous a rattrapés en moins de temps qu’il n’a fallu pour en avoir peur ! Le monde est une chance pour la jeune génération qui peut aller effectuer un stage ou un premier job n’importe où sur terre alors que leurs parents n’en n’ont pas eu la possibilité.

  • Réaliser que la France est belle

La France est belle, tous les touristes le disent, mais les français ne le réalisent pas vraiment… Et pourtant, il suffit parfois de faire un séjour à l’étranger pour s’apercevoir que la cuisine française est la meilleure au monde, que le patrimoine culturel/cinématographique/littéraire est exceptionnel, que les villes sont bien aménagées et pas si sales que cela, qu’on a la mer, la montagne, la campagne, qu’on est à moins de 3h de nombreuses capitales européennes, qu’on a Roland Garros, le Tour de France et des millions d’associations, que Paris est la capitale des incubateurs de startups, etc…

  • Se découvrir soi-même

Quoi de plus initiateur que partir à l’aventure, loin de sa famille, de sortir de sa zone de confort ? C’est dans ces moments là que la vraie personnalité et les talents émergents. On va chercher au fond de soi les ressources nécessaires pour faire face à la solitude, une langue mal maitrisée, des codes inconnus, mais aussi aller vers les autres, frapper aux portes de ses voisins ou partager un dîner local avec les habitants. Ce sont les difficultés qui créent une personnalité, pas le petit train-train bien réglé. Quand on part loin de chez soi, on affirme qui on est et ce qu’on veut faire de sa vie, on lâche-prise sur les éléments et on s’en remet à ses capacités de débrouillardise.

  • Trouver un job

Il ne faut pas se voiler la face, avec 5,6 millions de chômeurs en France, soit environ un actif sur 4, comment trouver un job digne de ce nom ? Un vrai emploi, pas un stage ni un contrat d’alternance, payé plus que le salaire médian, de quoi se loger, se nourrir et pourquoi pas se faire plaisir ?… Rembourser son prêt étudiant aussi. En ce moment, et depuis 2008, c’est dur, très dur… Les jeunes l’ont compris et n’attendent plus rien du gouvernement -gauche ou droite- pour faire bouger les lignes. Ils prennent leur destin en mains et créent leur boite ou partent tenter leur chance ailleurs, avec l’espoir d’un job sympa, d’un vrai salaire et d’une reconnaissance de leur manager.

S’expatrier, c’est un choix, une évidence, motivé par le goût de l’inconnu, la découverte d’un ailleurs différent, mais aussi parfois une obligation au vu de la fragilité économique française. Mais dans tous les cas, il s’agit d’une expérience bénéfique à la fois pour l’expat, mais aussi pour la France qui fait parler d’elle à l’étranger et qui à terme bénéficiera du savoir-faire des expats à leur retour.

De plus aujourd’hui s’expatrier ne signifie plus forcément partir et ne jamais revenir. La vie est faite d’étapes, de changements, d’évolutions. Elle se crée à un endroit, puis elle part vers un ailleurs au gré des opportunités, des envies, de la connaissance de soi, de la conjoncture économique et politique. Tout bouge, tout change, rien n’est figé, rien n’est acquis mais tout est une chance.