« Les lieux de shopping vont évoluer davantage en des lieux de vie et d’échange » – L’observatoire du shopping

"Les lieux de shopping vont évoluer davantage en des lieux de vie et d’échange" - L'observatoire du shopping
"Les lieux de shopping vont évoluer davantage en des lieux de vie et d’échange" - L'observatoire du shopping

L’Observatoire du Shopping, créé en 2013 par Unibail-Rodamco en partenariat avec Ipsos, analyse les comportements des Français en matière de shopping et identifie les tendances de demain. L’édition 2015 dresse le portrait de ce à quoi rêvent les Français pour leur shopping dans les années à venir.

Le service client doit monter en gamme grâce aux nouvelles technologies

  • Les Français s’attendent à ce que la recherche d’informations soit facilitée, en étant plus immédiate et plus précise, telle que recevoir les caractéristiques d’un produit, automatiquement, dès qu’on le manipule, par exemple en décrochant simplement son cintre en magasin.

Ce concept de cintres intelligents a été mis en place en juin 2013 au Japon par la marque de prêt-à-porter Vanquish. Baptisé teamLabHanger, il s’agit d’un système d’affichage numérique permettant de connaître immédiatement les caractéristiques du produit sélectionné. Lorsqu’un cintre est retiré du portant par un client, une vidéo présentant le vêtement choisi est diffusée sur un écran à proximité. 

  • Les Français souhaitent également recevoir une information personnalisée, qui leur correspond, à partir de leurs informations et données personnelles (goûts, préférences, historique d’achats…). Cette place centrale du conseil passe par les nouvelles technologies mais aussi par l’échange avec les vendeurs.
  • La majorité des Français souhaitent pouvoir essayer les produits sans effort et où ils le souhaitent, en magasin comme chez eux. Par exemple recevoir chez eux une sélection de produits (vêtements, lunettes…), qu’ils pourraient garder quelques jours avant de faire leur choix. Et pourquoi pas un essayage virtuel en boutique grâce à un miroir intelligent.

Une initiative a été développée par l’enseigne de lunettes Warby Parker qui propose à ses clients le service « Home Try-on » : ils ont la possibilité de choisir sur le site internet de l’enseigne 5 paires de lunettes à essayer chez eux, pendant 5 jours, de façon totalement gratuite, avant de faire leur choix.

A San Francisco (États-Unis) et au Japon, Uniqlo a installé dans ses boutiques un Magic Mirror. A l’aide d’une tablette reliée à un miroir intelligent, il est possible de modifier le coloris du vêtement porté, sans avoir à se changer.

  • 56 % des shoppers français pensent que, d’ici 10 ans, il sera possible d’acheter des produits en vitrine en les flashant grâce son smartphone.
  • la livraison n’échappe pas aux demandes des français : le « click and collect » (récupérer en magasin des achats effectués sur internet) est déjà pratiqué par 40 % d’entre eux en 2015 (versus 35 % en 2014) et ne cesse de se développer. 67% trouvent que c’est une bonne idée de pourvoir retirer ses commandes internet dans des casiers de livraison présents sur son parcours habituel.

En Suède  l’application « Volvo on Call » permet aux acheteurs en ligne de se faire livrer leurs commandes dans leur voiture au moyen d’une clé virtuelle activée uniquement pendant le créneau de livraison défini avec l’acheteur. 

Le shopping doit être convivial

  • Dans l’imaginaire des Français, le shopping reste fortement lié à un lieu physique. Pour une grande majorité, il s’effectue à plusieurs et est un moment de rassemblement et de partage. Le centre commercial reste le lieu de shopping privilégié des Français (30 %). Viennent ensuite les Grands Magasins pour 24 % d’entre eux, les commerces de centre-ville pour 17 % et internet pour 13 %. 73 % des hommes et 65 % des femmes pratiquent leur shopping accompagnés.
  • Les nouvelles technologies permettent au shopper d’échanger plus facilement avec ses proches (amis, famille, collègues…), qui ne seraient pas présents lors de la session shopping, pour leur demander leur avis ou un conseil avant d’effectuer un achat et/ou pour prendre et envoyer la photo d’un produit qui leur plait.

Illustrant cette dimension « réseau social, partage » qui se dégage du shopping, le site Running Heroes encourage et récompense la pratique de la course à pied en permettant aux coureurs de convertir leurs kilomètres parcourus en bons d’achats de marques partenaires (marques de sport mais aussi Uber, Spotify…). 

  • Les technologies permettent également de laisser la liberté à chacun de découvrir les enseignes de son choix et de se retrouver facilement grâce à un service de géolocalisation.

Les lieux de shopping se transforment

  • Les Français attendent des centres de shopping qu’ils créent la surprise en permanence, au rythme des saisons, à l’instar des collections de mode. Cette demande de diversité incarnée par la culture « pop-shop » se traduit par une attente d’offres éphémères.

Le biblioshopping, qui consiste à louer pendant plusieurs jours des produits (vêtements, chaussures, sacs à main…) est de plus en plus en vogue. A Paris, l’habibliothèque permet ainsi d’emprunter sur abonnement des pièces de créateurs pendant dix jours, tout en facilitant la livraison et le retour des articles.

  • Au-delà du shopping, les Français attendent des centres qu’ils développent de nouvelles fonctionnalités dans un espace qui leur correspond davantage. Le centre de shopping doit être un lieu dynamique et un lieu proposant des espaces de repos, mais aussi plus aérés, intégrant des espaces verts et des bulles de silence.

Cet été, le SuperPier ouvrira ses portes à Manhattan, NYC. Il s’agit d’un complexe de containers de 240 000 m2 au bord de l’eau prêt à accueillir un ensemble de boutiques, mais aussi des restaurants, un spa, un club d’escalade, des espaces verts, des bureaux…. Le SuperPier a été conçu pour offrir une des expériences les plus innovantes en termes de shopping, d’espace de travail, de restauration et de divertissement à New-York.

  • Les Français attendent des lieux de shopping qu’ils proposent de nouvelles fonctions, autres que le shopping : des espaces en boutiques dédiés à la détente, pour boire un café ou prendre un verre par exemple, une offre de divertissements actifs plus développée sur son lieu de shopping (ateliers de cuisine, activités ludiques, sport, co-working…).

Au Japon, le concept Daikanyama t-site permet de venir passer du temps dans le magasin. Livres et Ipad y sont en libre accès un peu partout, tous connectés à la base de données du magasin. Tous les produits en vente peuvent ainsi être pris en main et testés. Les visiteurs peuvent alors faire une pause dans leur shopping, prendre le temps de la réflexion avant de choisir un article.