« Nous prenons plaisir à casser les règles de l’industrie du chocolat » Eric Garnier cofondateur de Choba Choba

"Nous prenons plaisir à casser les règles de l’industrie du chocolat" Eric Garnier cofondateur de Choba Choba
"Nous prenons plaisir à casser les règles de l’industrie du chocolat" Eric Garnier cofondateur de Choba Choba

Les fêtes de noël approchent, il va falloir penser à faire des réserves de chocolat ! Et si on peut éviter les marques industrielles, c’est encore mieux… C’est le pari d’Eric Garnier et Christoph Inauen qui, après 10 ans passés dans l’industrie du chocolat et du commerce équitable, ont fondé Choba Choba, une startup sociale qui propose des créations de chocolats porteuses de sens, en provenance de l’Alto Huayabamba. Elles sont créées par le chocolatier suisse Max Felchlin en édition limitée et seront vendues sur leur site en décembre.

35 familles de petits producteurs de cacao de la région de l’Alto Huayabamba en Amazonie Péruvienne ont rejoint le projet Choba Choba aux côté d’Eric et Christoph en tant que copropriétaires et coactionnaires. Le prix du cacao n’est pas défini par les marchés ou par des certifications internationales mais est fixé par les producteurs eux-mêmes. L’entreprise reverse également 4% du chiffre d’affaire en paiements directs aux producteurs et en actions, leur permettant d’acquérir progressivement plus de parts dans le capital de l’entreprise. D’ici à 2020, ils détiendront au moins 33% du capital de Choba Choba.

Choba Choba propose actuellement une campagne de crowdfunding sur Kickstarter pour financer leur modèle économique alternatif qui a atteint son objectif en seulement 4 jours.

Eric nous en dit plus :

Founders3

C’est quoi Choba Choba? D’où est venue l’idée ?

Choba Choba est une nouvelle marque de chocolat haut de gamme, commercialisant des coffrets, comprenant trois tablettes de chocolat noir, produits en édition limitée et livrés directement dans la boite aux lettres des passionnés de chocolat. Ceux-ci sont créés par l’un des meilleurs chocolatiers suisses à partir des meilleures variétés de cacao cultivées et récoltées par 35 familles d’agriculteurs dans la région de l’Alto Huayabamba en Amazonie Péruvienne.

Chaque création est unique, presque éphémère. Nous choisissons tous les deux mois une variété, cultivée par un producteur, que nous livrons à notre chocolatier. Ce dernier va définir les paramètres les mieux adaptés à chaque cacao qu’il reçoit. Avec Choba Choba nous voulons valoriser les propriétés organoleptiques d’une variété spécifique et le travail d’un seul et même producteur. C’est comme aller acheter ses tomates bio chez son maraicher local car on le connait, on lui fait confiance. Une traçabilité rarement égalée dans l’univers du chocolat.

Mais Choba Choba c’est également une nouvelle vision dans le monde du chocolat. Une vraie révolution. Notre projet est non seulement pour l’amateur de chocolat une invitation à déguster des produits d’exception mais aussi l’opportunité pour les 35 familles de producteurs des communautés de Pucallpillo et Santa Rosa de ne plus être uniquement considérées comme de simples fournisseurs de matières premières, mais comme des entrepreneurs. L’agriculteur, celui qui cultive, récolte, fermente et sèche le cacao est à l’origine de ce voyage passionnant qui conduit le cacao à devenir chocolat. Pour autant, alors que les multinationales génèrent d’immenses profits, les producteurs ne gagnent rien, ou si peu.

Choba Choba est donc née de la volonté de changer radicalement cette approche acheteur/fournisseur, de renverser ce rapport de force, en créant une entreprise à leur côté, une marque qui soit la copropriété des producteurs, prenant les décisions avec nous et bénéficiant directement des bons résultats économiques du projet. Ils sont actionnaires, décident eux-mêmes du prix que Choba Choba doit payer pour leur cacao et savent exactement où va leur production et quels sont les enjeux avals liés à la commercialisation, au marketing, à la distribution de leur produit.

Choba Choba c’est une nouvelle vision dans le monde du chocolat

Que faisiez-vous avant ? Quel est votre parcours jusqu’à Choba Choba ?

Pendant près de 10 ans, Christoph Inauen, mon associé dans le projet et moi-même avons travaillé dans le secteur du cacao et du chocolat équitable. Notre travail consistait à parcourir le monde afin de mettre en place des filières d’approvisionnement biologiques et commerce équitable. A ce titre nous avons passé une grande partie de notre temps à rencontrer les organisations de producteurs, les communautés d’agriculteurs. A créer avec eux des projets de développement, en essayant de garantir la pertinence et l’impact de notre démarche de commerce équitable.

En 2008 nous avons rencontrés les femmes et les hommes de ces deux communautés de producteurs de cacao de l’Alto Huayabamba au Pérou. Ils nous ont adopté. Avec l’amitié est venue la franchise et la transparence et nous nous sommes finalement rendus compte que bien que les projets que nous mettions en place avaient du sens, nous pouvions faire encore bien plus pour générer un véritable impact. Nous avons donc quitté nos entreprises respectives pour créer, avec ces 35 familles, ce nouveau projet un peu fou mais vraiment porteur de sens et synonyme d’impact concret.

Nous nous sommes rendus compte que bien que les projets que nous mettions en place avaient du sens, nous pouvions faire encore bien plus pour générer un véritable impact

Quelles sont les valeurs portées par Choba Choba ?

Le respect, la transparence, l’effort collectif. Choba Choba signifie en Quechua « Je t’apporte mon aide, tu m’apportes ton aide », un engagement à travailler ensemble pour le bien commun. Cela se traduit dans nos produits également. Nous voulons apporter aux amoureux du chocolat, des produits uniques, l’alchimie parfaite entre ce terroir précieux de l’Alto Huayabamba, les variétés de cacao qui y sont cultivées, le travail exceptionnel fait par chacun des producteurs et l’expertise du chocolatier. Si l’un des éléments disparait de l’équation, tout s’écroule.

C’est une vraie fierté de pouvoir mettre entre les mains d’un très grand chocolatier le fruit du travail d’un seul producteur, le cacao qu’il a récolté sur sa petite parcelle de 2 ou 3 ha. Pour la première fois, ces producteurs pourrons goûter à un chocolat d’exception, élaboré uniquement avec les fèves de sa propre parcelle. Car nous avons une traçabilité unique ! Chaque cacao est différent, chaque producteur à un savoir faire spécifique et une histoire à raconter. C’est ce que nous voulons transmettre. Créer une connexion forte entre ces 35 familles et les amateurs de vrai chocolat.

Chaque cacao est différent, chaque producteur à un savoir faire spécifique et une histoire à raconter

Comment avez-vous financé le démarrage de votre société ?

Nous avons vidé nos comptes en banque ! Mais pour pouvoir lancer ce projet et produire les tous premiers coffrets Choba Choba nous avons initié une campagne de financement participatif sur Kickstarter… Elle prendra fin le 31 octobre. Nous croisons les doigts mais nous sommes confiants. Ce projet est non seulement authentique et riche de sens mais il va aboutir à la création de chocolats véritablement exceptionnels sur le plan gustatif.

Comment avez-vous eu l’idée de créer une collecte sur Kickstarter ?

Notre approche est résolument collaborative ! Cette alchimie, ce « choba choba » dont je parlais. Il nous est apparu évident qu’un tel projet devaient également impliquer le public dès sa genèse. Nous constatons que si le soutien vient évidemment d’amateur de chocolat qui voient en notre projet une démarche innovante dans un univers souvent standardisé, bon nombre de ceux qui nous suivent sont aussi des personnes concernées par les problématiques d’inégalité Nord-Sud, ou encore souhaitant soutenir les démarches alternatives de start-up proposant un autre modèle de production, de consommation, d’échanges,…

Il nous est apparu évident qu’un tel projet devaient également impliquer le public dès sa genèse

Comment allez-vous « imposer » votre cacao sur les marchés ?

Nous souhaitons surtout trouver notre place. Nous n’avons pas vocation à devenir des géants du chocolat, surtout pas ! Nous savons que le projet est juste, que la démarche est sincère et authentique et nous prenons plaisir à casser les règles de l’industrie du chocolat qui oublie trop souvent qu’à l’autre bout de la chaîne, un artisan producteur rend cette magie du chocolat possible. Nous avons entre les mains quelque chose d’unique : un projet aussi riche de sens et créateur d’impact pour les communautés de producteurs, qu’incroyablement délicieux. Car l’on pourrait avoir le projet le plus pertinent au monde en terme de développement et d’appui aux communautés agricoles, si la qualité n’est pas au rendez-vous, autant passer son chemin… Nous parlons de chocolat tout de même !

Miser uniquement sur la vente en ligne n’est ce pas risqué ? Prévoyez-vous la vente à des distributeurs et/ou intermédiaires ?

L’idée de vendre uniquement en ligne est liée principalement à notre approche directe : créer une filière courte de 10 000 km ! Derrière cet oxymore se cache notre volonté de réduire les intermédiaires et de créer cette connexion producteur de cacao / amoureux du chocolat. Choba Choba est un concept qui se veut direct du producteur jusqu’à votre boite aux lettres. C’est dans cette volonté de créer un lien fort et durable que nous proposerons des abonnements aux plus accros. Tous les deux mois vous pourrez recevoir la création Choba Choba produite à partir du cacao d’un seul agriculteur. Et comme l’agriculteur est aussi propriétaire de l’entreprise, nous sommes bien sur un concept de vente directe ! L’idéal étant de permettre la rencontre physique, c’est pour cela que nous souhaitons organiser des visites de l’Alto Huayabamba, pour comprendre, connaître, découvrir la réalité de Choba Choba… Pour y passer une bonne partie de mon temps depuis 7 ans, je vous garanti que cela vaut le déplacement…

Choba Choba est un concept qui se veut direct du producteur jusqu’à votre boite aux lettres

Quels résultats en attendez-vous au delà de réussir la cagnotte ?

A court terme, notre objectif est évidemment d’atteindre le montant nécessaire pour lancer la production chez notre chocolatier. Mais nous nous prêtons à rêver que le projet soit un véritable succès au-delà du montant initialement calculé. Nous en avons l’espoir considérant le départ fulgurant de la campagne ! Nous avons de nombreux projets sur le terrain, qu’il s’agisse d’infrastructures, de conservation environnementale, d’investigation poussée sur la diversité génétique des cacaos de cette région située au cœur du Haut-Amazone, berceau du cacao. Mais à date nous restons focalisés sur notre objectif premier, à savoir lancer le premier coffret Choba Choba début décembre, qui répondra sans nul doute à une question que tout le monde se pose à cette époque : « que vais-je bien pouvoir offrir à Noël ? »

Faire du business au Pérou, c’est facile ? Y a t-il des places à prendre pour des européens, dans quels secteurs ?

Quand on s’associe avec des personnes aussi inspirantes que ces 35 familles, tout semble plus facile. S’il a certainement été difficile de mettre en place la filière d’approvisionnement en l’absence de structure commerciale in situ (je précise ici que les producteurs dont nous parlons se trouvent à 3 heures de bateau de la première « ville » en remontant les fleuves Huallaga puis Huayabamba) notre connaissance du terrain et notre relation privilégiée avec les producteurs ont certainement été des atouts.

Pour ce qui est des autres secteurs, jusqu’à récemment je ne connaissais du Pérou que l’aéroport de Lima, les quartiers résidentiels de Barranco et Miraflores et surtout l’Alto Huayabamba… Nous travaillons cependant avec Mathieu Reumaux qui nous accompagne avec brio sur toute la partie communication/design, un français installé au Pérou depuis 6 ans et directeur général d’AIRE, une association incroyable à la croisée des chemins entre développement social, art, écologie et urbanisme. Nous nous connaissons depuis le temps où nous étions étudiants. Voilà en tout cas une chose qui nous anime chez Choba Choba, travailler avec des personnes qui partagent nos valeurs et notre engagement à rendre le monde (un peu) meilleur… des amis en somme.

Voilà en tout cas une chose qui nous anime chez Choba Choba, travailler avec des personnes qui partagent nos valeurs et notre engagement à rendre le monde (un peu) meilleur…

Quelles sont vos ambitions pour ces 2/3 prochaines années ?

Côté Pérou, prouver aux familles de producteurs que ce projet un peu fou est viable et qu’il va permettre de générer un véritable impact pour leur communauté et leur environnement. Et pour le reste du monde, apporter aux amoureux de chocolat des créations toujours plus exceptionnelles. Le fait de nous concentrer sur la vente en ligne nous permet également de nous affranchir en partie des frontières physiques, de cette vision segmentée par marché géographique. Nous ne savons pas encore aujourd’hui, même si nous avons évidemment les idées claires sur le potentiel de développement de notre marque, si nous vendrons principalement en Europe ou aux États-Unis par exemple…