Comment passer au delà de la peur d’échouer ?

Comment passer au delà de la peur d'échouer ?
Comment passer au delà de la peur d'échouer ?

La peur d’échouer c’est certainement l’obstacle qui a depuis toujours empêché les humains de vivre leur vie. La peur de l’échec financier d’une part et du qu’en dira t-on d’autre part. Car quand on échoue on perd de l’argent, parfois beaucoup, mais surtout tout le monde l’apprend et… Nous juge. Nous juge comme celui ou celle qui a osé sortir du troupeau pour faire ce qu’il lui plaisait, mais qui a été rappelé à l’ordre par cet échec. Prouvant ainsi qu’on ne peut pas faire ce qu’on veut dans la vie, et qu’il y a des choses à respecter pour ne pas tomber.

Pourtant l’échec fait partie de la vie, depuis toujours, aussi bien quand on apprend à marcher, à faire du vélo, lorsqu’on passe son bac ou qu’on rencontre son premier amour, mais cela n’est pas pour cela que nous renonçons. D’ailleurs cela ne nous vient pas à l’idée ni à celle de nos parents. Car chacun -les adultes en tout cas- considère cela comme un apprentissage. Et les nombreuses tentatives sont perçues comme de la persévérance et il n’est pas rare d’entendre un parent dire « il ira loin ce petit » devant un bambin qui chute, se relève, recommence et se bat pour réussir.

Alors que se passe t-il entre cette période où échouer est bien vu et quelques années plus tard où tomber est pointé du doigt ? Les enjeux ne sont pourtant pas plus grands, car si un enfant renonçait à aller à l’école par peur d’échouer, que ferait-il de sa vie plus tard ? Monter sa boite, c’est certes risqué, mais que risque t-on sinon perdre ses économies et chambouler sa vie ? C’est grave, bien évidemment, on ne va pas minimiser les conséquences d’un échec, mais tant qu’on est en vie, on a l’espoir de rebondir. L’histoire a prouvé que les plus belles réussites étaient arrivées après de nombreuses tentatives. Il n’y a qu’aujourd’hui avec cette vague entrepreneuriale dénuée de sens qui fait croire qu’il suffit d’avoir une bonne idée et de l’exécuter pour aller vers le succès en quelques mois.

La réussite entrepreneuriale est jalonnée d’erreurs, de mauvais choix, d’accidents de parcours, de rebondissements pas forcément positifs, mais n’est ce pas à l’image de la vie elle-même ? La vie n’est pas un long fleuve tranquille, bordée d’un tapis de fleurs des champs. Ce qui compte c’est où on pose son regard, sur ce qui va ou ce qui ne va pas, sur ce qu’on a raté ou ce qu’on a appris. Lorsqu’on opte pour le côté obscur, il y a de fortes chances pour qu’un rien nous paralyse et nous empêche de tenter des choses qui pourraient pourtant nous rendre heureux. Certes le risque existe, mais lorsqu’on va au bout, quel bonheur et quelle fierté !

Il suffit aussi de regarder derrière soi pour réaliser que nos échecs n’en n’étaient pas. Chacun a sa définition de ce fameux échec, que ce soit le manque de persévérance, un chiffre d’affaire qui ne décolle pas, de l’entêtement sur un projet qui n’est plus viable, un refus de voir la réalité en face, etc… C’est une notion toute personnelle sur laquelle il faut prendre du recul pour analyser ce qui s’est réellement passé, dans quelles circonstances et qu’est ce qu’on a appris depuis. Parfois on n’apprend rien, si ce n’est qu’on ne recommencera pas, car on n’est pas fait pour cela. Mais on a au moins eu l’audace d’essayer, plutôt que de rêver toute notre vie à ce qu’on aurait pu devenir si on l’avait fait. Et puis les échecs on les oublie, ils nous reviennent de temps en temps, les jours sombres, mais la plupart du temps, on n’y pense pus, ou alors avec bienveillance. On se dit que finalement ce n’était pas si grave que cela, qu’on a survécu, qu’on est devenu plus fort, qu’on sait encore mieux qui on est et ce qu’on veut, même si on aimerait toujours avoir ces 30 ou 50 000€ qu’on avait investis au lancement. Il n’y a bien souvent que le regard et le jugement des autres qui nous rappellent nos échecs et nous encouragent à ne pas « recommencer les mêmes erreurs » et à chercher un « vrai travail » comme tout le monde.

Avoir un esprit d’entrepreneur, ce n’est pas faire un énorme chiffre d’affaire ou avoir une entreprise avec une belle notoriété c’est être celui ou celle qui sait se relever, rebondir et recommencer, trouver de nouvelles idées chaque jour quoiqu’il arrive, qui n’hésite pas à sortir des entiers battus et de sa zone de confort pour explorer l’impossible, quitte à ne pas aller au bout, mais à dévier sur un autre projet. Peut-être que vu de l’extérieur, c’est un comportement à problème, qui ne permet pas de s’insérer dans la société, renvoyant l’image de celui qui ne sait pas ce qui est bon pour lui, qui ne se pose pas, qui ne trouve pas sa voie, la seule et l’unique, et qui aura toujours des hauts et des bas financiers. C’est pourtant cela l’entrepreneur, celui qui se se reposera jamais sur ses acquis et sa sécurité et qui cherchera toujours de nouvelles idées pour faire bouger les lignes et apprendre tout au long de sa vie , malgré le risque d’échouer.


Pour aller plus loin…

  • Le livre

Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite !

Vous pouvez vous offrir mon livre Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite ! Manuel inspirationnel à destination des (futurs) entrepreneurs en cliquant sur Acheter !