Londres, un aimant à startups

Londres, un aimant à startups
Londres, un aimant à startups

Plus de 300 000 français sont installés au Royaume Uni. Londres est devenue un formidable hub attractif pour tous ceux qui veulent tenter leur chance dans un environnement dynamique, en terme administratif, financier et de pouvoir d’achat.

L’écosystème startup français s’y est d’ailleurs installé avec le lancement du French Tech Hub à Londres ce jeudi 14 avril en présence d’Emmanuel Macron et Axelle Lemaire, en présence d’Ed Vaizey, Ministre britannique délégué à la Culture et à l’Economie Numérique.

L’équipe Économie Numérique #2 du W Project a rencontré plusieurs entrepreneurs français installés à Londres, dont Philippe Gélis, CEO de Kantox que nous avions interviewé il y a quelques mois et qui navigue entre le sud de la France, Barcelone et Londres pour ses activités.

Londres a connu un boom économique après l’effondrement financier de 2008, en partie grâce à l’afflux de travailleurs étrangers qui représentent aujourd’hui 37% de sa population, et aux efforts entrepris par la ville pour favoriser la création de startups dès 2010, insufflant un formidable dynamisme qui se ressent partout. On parle même de Flat White Economy, un phénomène né des travailleurs indépendants de la tech qui investissent les coffee shop pour travailler en dehors de leur petit appartement et n’ayant pas les moyens de s’offrir un bureau. Car la vie est chère à Londres, ce qui en fait son principal point négatif pour celles et ceux qui seraient tenter de rejoindre le miracle anglais.

 


Londres, capitale tech et cosmopolite… par w-project