« Le digital et l’agriculture sont les secteurs d’avenir pour la Côte d’Ivoire » Honorine Kadio, co-fondatrice de Mys’TIC

« Le digital et l’agriculture sont les secteurs d’avenir pour la Côte d’Ivoire » Honorine Kadio, co-fondatrice de Mys’TIC
« Le digital et l’agriculture sont les secteurs d’avenir pour la Côte d’Ivoire » Honorine Kadio, co-fondatrice de Mys’TIC

En Côte d’Ivoire, la jeune génération féminine est très engagée dans le développement numérique de leur pays à travers de nombreuses associations, events et formations proposées aux femmes qui souhaitent se lancer. Honorine Kadio fait partie de cette vague qui fait bouger les lignes dans son pays. Créatrice du blog www.femmesentrepreneures.ci, et de Mys’TIC, une communauté qui fait la promotion des TIC en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et au Togo, qui a pour objectif de démystifier les TIC aux yeux des femmes et de les inciter à s’y intéresser et à s’y investir. L’émancipation de la femme passera par le numérique affirme Honorine.

Retour sur son parcours, ses activités et sa vision de la Côte d’Ivoire numérique :

Honorine

Qui êtes-vous ? Que faites-vous ?

Je me nomme Honorine KADIO, plus connue sur les réseaux sociaux comme O’noryn KADIO.

Jeune femme ivoirienne passionnée des TIC et du web, ingénieure en réseaux informatiques et télécommunications, je m’intéresse à tous les sujets liés au numérique et à l’entrepreneuriat féminin.

Je suis fondatrice de la plateforme www.femmesentrepreneures.ci . Manager et Co-fondatrice de  la communauté Mys’TIC.

Je suis aussi engagée dans plusieurs organisations qui prônent le leadership et l’entrepreneuriat.

Quel est votre parcours qui vous a mené à créer www.femmesentrepreneures.ci et rejoindre Mys’TIC ?

J’ai eu un cursus scolaire de scientifique. Après l’obtention du Brevet de Technicien Supérieur en NTIC, j’ai décidé de poursuivre en cycle ingénieur. J’ai terminé major de ma promotion avec à la clé un diplôme d’ingénieur informatique option réseaux et télécommunications.

J’ai découvert le web en 2010 et je me suis tout de suite intéressée au blogging. J’ai alors décidé de partager ma vision sur l’entrepreneuriat en créant un blog.

J’ai d’abord démarré sur www.femmesentrepreneures.wordpress.com. En 2015, j’ai rencontrée des personnes formidables qui ont décidé de m’accompagner dans l’aventure et nous avons migré le blog vers  www.femmesentrepreneures.ci.

L’aventure Mys’TIC quant à elle, a démarré en 2013. Avec des amies, nous avons voulu mettre en place une organisation pour partager notre passion pour les TIC. Mys’TIC est la contraction de 2 mots : Mystère et TIC.

Quel est le rôle et l’objectif de www.femmesentrepreneures.ci ? de Mys’TIC ?

www.femmesentrepreneures.ci se veut être une lucarne pour :

  • Promouvoir l’esprit d’entreprise de la femme
  • Mettre en avant les femmes leaders afin qu’elles servent de modèles
  • Créer un réseau à travers lequel les femmes entrepreneures échangent et partagent leurs expériences

Avec Mys’TIC notre but principal est d’inciter les femmes à s’investir dans les TIC.

En général, elles considèrent les TIC comme un mystère, quelque chose d’inaccessible. Nous voulons leur démontrer, qu’une femme peut très bien réussir dans le domaine technologique.

Nous souhaitons à travers nos actions :

  • Participer à la réduction de la fracture numérique entre les hommes et les femmes, et entre les grandes villes et les campagnes
  • Aider les femmes à s’approprier les outils TIC et à les utiliser quotidiennement
  • Amener la gente féminine à s’intéresser et à s’investir dans les technologies de l’information et de la communication
  • Participer à la vulgarisation des TIC
  • Promouvoir les actions sociales envers les populations les plus délaissées en matière de TIC.

Mys’TIC existe en Côte-d’Ivoire, au Burkina Faso et au Togo.

Nous voulons démontrer, qu’une femme peut très bien réussir dans le domaine technologique

Quelle est votre implication dans l’entrepreneuriat féminin en Côte d’Ivoire ?

Tout d’abord sur www.femmesentrepreneures.ci, nous partageons notre vision sur l’entrepreneuriat. Par des interviews, nous mettons en lumière le parcours de certaines femmes ivoiriennes qui se sont lancées dans l’aventure entrepreneuriale. Aussi nous accompagnons des structures et événements qui ont pour but de promouvoir l’entrepreneuriat et le leadership féminin. Nous sommes partenaires média du forum de l’emploi et de l’entrepreneuriat féminin qui est un salon annuel pour les femmes actives de Côte-d’Ivoire.

Cette année, nous avons été aussi partenaire média de la soirée SuperWoman. C’est un évènement qui vise à célébrer les femmes battantes du pays.

Nous accompagnons aussi les actions de l’Initiative Femmes Leaders qui est une organisation engagée dans la promotion du genre.

Où en est l’écosystème entrepreneurial féminin en Côte d’Ivoire actuellement ? Notamment dans la tech et les startups ?

Les femmes ivoiriennes sont très entreprenantes. Malheureusement elles restent beaucoup dans le secteur informel. Dans la technologie et les startups elles sont peu nombreuses. Certaines s’investissent de plus en plus, surtout dans le e-commerce. Je crois que les années à venir vont nous révéler de belles choses.

Quelle est la place des femmes dans l’économie numérique en Côte d’Ivoire ?

Les femmes sont très actives dans l’écosystème du numérique. On les retrouve dans la plupart des métiers du digital. De plus en plus de communautés de filles dans les TIC voient le jour.

Quels sont les sujets qui préoccupent les femmes entrepreneures ivoiriennes ?

Le principal sujet de préoccupation des femmes et des entrepreneurs en général reste l’accès au financement. Mais je pense, pour les femmes, qu’au-delà de l’accès financier, il y a aussi le besoin d’accompagnement et le défi de concilier vie professionnel et vie familiale.

Le principal sujet de préoccupation des femmes et des entrepreneurs en général reste l’accès au financement

Quelles sont les actions mises en place pour les inciter à entreprendre ?

Il  y a des événements qui sont dédiés à la promotion de l’entrepreneuriat féminin. Des prix sont initiés pour récompenser celles qui se démarquent. Nous avons aussi des structures qui de façon bénévole, s’investissent dans la formation de la femme et des jeunes filles au leadership et à l’entrepreneuriat. Il y a même des concours de projets dédiés aux femmes. Beaucoup d’initiatives sont initiées à l’endroit des femmes et c’est encourageant.

Quelles sont leurs motivations à créer leur business ?

Je crois qu’il y a une forte envie de vouloir se réaliser et aussi contribuer au développement du pays.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de belles réussites ivoiriennes ?

Pour moi, toutes les femmes entrepreneures sont des success stories du simple fait qu’elles ont eu le courage de se lancer et la force de se battre pour leur projet.

Quels sont les secteurs d’avenir pour créer son entreprise en Côte d’Ivoire actuellement ?

Nous sommes à l’ère du digital et je pense qu’actuellement c’est vraiment le secteur d’avenir. Il y a aussi le domaine de l’agriculture qui a toujours été le poumon de l’économie ivoirienne.

Le digital et l’agriculture sont les secteurs d’avenir pour la Côte d’Ivoire

Quels sont vos projets prochainement ?

Avec mon équipe de www.femmesentrepreneures.ci, cette année notre défi majeur est de faire de notre plateforme, une référence en matière de promotion de l’entrepreneuriat féminin.

Pour Mys’TIC ça sera de tenir le calendrier d’action que nous avons élaboré. Ces derniers mois nous n’avons pas été très actives. Nous envisageons de rectifier le tir dans les jours à venir.