« Le mythe a été de laisser croire que c’était « cool » et « sympa » de lancer son Food Truck. Mais on ne fait pas de la dinette ! » Serge Padovano, cofondateur de Manhattan Hot Dog

"Le mythe a été de laisser croire que c'était "cool" et "sympa" de lancer son Food Truck. Mais on ne fait pas de la dinette ! La restauration est un métier très difficile et encore plus en ambulant" Serge Padovano, cofondateur de Manhattan Hot Dog
"Le mythe a été de laisser croire que c'était "cool" et "sympa" de lancer son Food Truck. Mais on ne fait pas de la dinette ! La restauration est un métier très difficile et encore plus en ambulant" Serge Padovano, cofondateur de Manhattan Hot Dog

Alors que les français attendent avec impatience l’ouverture du premier Five Guys, célèbre enseigne américaine de hamburger géants, Manhattan Hot Dog se positionne comme le pionnier du Hot Dog à emporter en France. Les fondateurs, Serge Padovano et Laurent Spinazzola ont adapté le modèle américain à la mode française : des camions food-truck que l’on trouve à tous les coins de rue de New York entre 1 et 3$.

C’est en 2001, de retour d’un voyage à New York que les deux amis d’enfance décident d’importer le concept en France. 3 ans plus tard, Manhattan Hot Dog installe son premier chariot dans les rues d’Aix en Provence. Devant le succès, ils décident en 2009 de commercialiser des produits et machines sur toute la France. Avec plus de 1000 établissements distribuant les produits Manhattan Hot Dog, un restaurant et trois franchises, Manhattan Hot Dog est aujourd’hui devenu le spécialiste des hot dogs new-yorkais en France.

Serge Padovano nous en dit plus :

LaurentetSerge

C’est quoi Manhattan Hot Dog ?

Manhattan Hot Dog : « The Real New Yorker Hot Dog », c’est l’importation du vrai hot dog New-yorkais, aussi bien au niveau des recettes, que du process de fabrication et du matériel.

D’où est née l’idée et quel a été le parcours qui a mené à sa création ?

Au départ c’était avant tout de monter un business ensemble avec Laurent. Lui était issu de la restauration et moi en commerce, mais avions peu d’argent à investir. C’est lors d’un voyage à NYC avec mon épouse que j’ai vu tous ces chariots dans les rues. Dès mon retour, j’ai présenté le projet à Laurent et nous sommes repartis ensemble à NYC.
Au départ nous voulions importer une marque connue des USA, mais aucune ne nous a pris au sérieux : « qui sont ces jeunes qui veulent faire manger des hot dog aux français ?? ». Après plus de 7 aller/retour à New York, et 3 ans plus tard, nous avons décidé de lancer notre propre marque et avons importé 4 chariots hot dog achetés à Manhattan mis dans un container. L’aventure démarrait.

Qui se cache derrière cette enseigne et en quoi avez-vous vu dans cette idée un réel potentiel à l’époque ?

2 associés qui se connaissent depuis la 6eme. Laurent a son BTS d’hôtellerie et moi une Maitrise de Gestion Option Marketing.

Laurent a été à la direction de plusieurs établissements et moi Chef de Marché au Pôle Boisson du Groupe Danone.
Le potentiel est énorme et facilement duplicable : le hot dog est connu de tous, mais personne ne proposait la vraie recette et aucune marque n’est leader sur le marché européen. Il y avait donc une belle opportunité de business.

Le hot dog est connu de tous, mais personne ne proposait la vraie recette et aucune marque n’est leader sur le marché européen

Devenir entrepreneurs c’était une vocation pur vous ou un concours de circonstances ?

C’est une vocation, dès mon entrée chez Danone, qui est un excellent groupe, je savais que je le quitterai un jour pour monter mon propre business. Cela a été une excellente formation qui m’a d’ailleurs beaucoup servi par la suite dans ma vie d’entrepreneur.

Avez-vous eu des moments où vous vous êtes dit que vous n’auriez pas du vous lancer dans un tel projet ?

Non quasiment jamais. On se pose quelques fois la question : « pourquoi on fait tout cela ? » ou « pourquoi on n’a pas choisi le chemin le plus simple », mais quand on voit le chemin parcouru et toutes les sensations, pas de regret et on continue !

Quels sont les plus beaux moment que vous avez vécus avec Manhattan Hot Dog ?

Toutes les premières fois : le 1er client, le 1er distributeur, le 1er local, la 1er embauche, la 1ere boutique.

Comment avez-vous réussi à faire bouger la législation pour obtenir vos emplacements ?

Mais on ne l’a pas fait bouger ! C’est pour cela que l’on a changé notre business model et sommes passés dans la distribution de nos produits.

On a changé notre business model et sommes passés dans la distribution de nos produits

Quelle a été votre stratégie marketing pour vous faire connaitre ? Comment a telle évolué depuis ?

Un logo facilement identifiable, avec des couleurs vives, du jolie matériel et des emplacements n°1.

Quelle place jouent les réseaux sociaux dans votre marketing ?

Encore trop faible pour le moment, nous devons nous améliorer sur ce secteur.

Quel genre d’entrepreneurs êtes-vous au quotidien ?

Laurent est plus dans l’action, il gère les approvisionnements, les stocks et il travaille environ 8 à 10 heures / jour mais arrive à couper le Week-end. Moi, je suis plus dans l’analyse de nouveaux marchés, nouveaux produits, le développement commercial. Je bosse 6h à 8 h / jour mais ne déconnecte jamais. Mon cerveau est toujours branché.
Nous sommes désormais une équipe de 6 personnes et faisons des points réguliers pour savoir où nous en sommes versus nos objectifs individuels et communs. Nous essayons de faire un bon repas entre nous le vendredi midi.

Avez-vous d’autres projets après ou en parallèle de Manhattan Hot Dog ? Vous voyez-vous continuer encore un bon moment ou partir sur une nouvelle aventure ?

Nous sommes très FOCUS sur notre activité qui nous demande beaucoup de travail, de concentration et d’organisation. Nous faisons au mieux pour jouer la partie et la gagner, maintenant, on ne peut pas savoir comment et quand elle se terminera.

Cette mode des food truck, vous a elle été préjudiciable ou a t-elle donné un réel coup de pouce à votre activité ? D’ailleurs peut-on vivre de son food truck ou est-ce un mythe comme beaucoup de « tendance de business » qui sont médiatisés, sans être rentables.

Le food truck, il suffit d’aller sur Le Boncoin ou Ebay pour voir les quantités qui sont en vente ! Le mythe a été de laisser croire que c’était « cool » et « sympa ». Mais on ne fait pas de la dinette ! La restauration est un métier très difficile et encore plus en ambulant. Cependant comme dans tous les métiers, si l’on est passionné par ce que l’on fait, on y arrive. Ce phénomène nous a donné un bon coup de pouce, cela a dynamisé le marché.

Le food truck, il suffit d’aller sur Le Boncoin ou Ebay pour voir les quantités qui sont en vente !

Pourquoi avoir fait le choix de passer en boutique physique depuis 4 ans ? Qu’est ce que cela vous apporte ?

On s’est embourgeoisé ! C’est la suite logique pour faire vivre une meilleure expérience au client, pour crédibiliser encore plus la marque. Aujourd’hui on doit avoir une stratégie multi canal, être au plus prêt du consommateur : en ambulant, en boutique, en corner, sur internet…

La partie distribution est-elle une part essentielle de votre business ? Qui sont vos clients ?

C’est 90 % de notre activité avec les Distributeurs Relais d’Or Miko et de grosses enseignes comme les Cinémas Pathé Gaumont, le groupe Sodexo, le Stade de l’Olympique Lyonnais, Parcs de loisirs (Futuroscope, Marineland…) les bateaux de Corsica Ferry….

Quels conseils donneriez-vous à un futur entrepreneur qui souhaite comme vous, importer un concept américain en France ?

De travailler avec des produits Manhattan Hot Dog ! :)