Faut il prendre un job alimentaire ?

Faut il prendre un job alimentaire ?
Faut il prendre un job alimentaire ?

Quand on lance son entreprise on est à fond sur le projet, rien ne nous arrête, on y croit et on se dit qu »en travaillant comme un fou, on réussira forcément. Mais il arrive parfois que le succès ne soit pas au rendez-vous, ou trop lent à décoller et que les économies et diverses aides offertes par l’État Providence français fondent au soleil sans s’en rendre compte. Et là arrivent les factures à payer, les charges sociales qui ont fait un bon, le banquier qui attend désespérément une rentrée d’argent fixe chaque mois et pour couronner le tout le stress de ne pas arriver à joindre les deux bouts. Parfois aussi la culpabilité de ne pas gagner sa vie comme tout le monde et de dépendre soit de son conjoint, soit du RSA, soit de son assurance-vie…

La tentation est grande de prendre un job dit alimentaire, du même style que celui qu’on occupait quand on était étudiant, qui n’avait rien d’intéressant si ce n’est nous payer nos livres, nos verres et le restau U. Aujourd’hui c’est la même chose sauf qu’il payerait le crédit immobilier, l’EDF et les charges de l’appartement. Les opportunités sont nombreuses lorsqu’on possède un talent, tel que développer des sites sous wordpress, écrire des textes pour les autres marques, animer la page Facebook d’une boite qui démarre, organiser des events pour des startups, etc… 1000€ par ci par là, c’est toujours bon à prendre.

Mais voilà, est-ce une bonne idée ? On dit souvent que savoir dire non à des propositions qui sur le moment semblent alléchantes, parce qu’on est en période de galère financière, permet de laisser la porte ouverte à des opportunités plus en adéquation avec ce qu’on veut vraiment dans la vie. De plus ces petits jobs sont souvent chronophages et mal payés, donc il faut en cumuler plusieurs pour s’en sortir et au bout du compte on peut vite y passer sa semaine dessus pour récolter 1000€/mois, sans sécurité, en auto-entrepreneur, sans assurance de continuer le mois prochain. Ce temps pris sur le développement de son entreprise peut vite devenir pénalisant pour sa pérennité. On peut rapidement s’y perdre à cumuler plusieurs jobs d’appoint et oublier pourquoi on avait quitté son CDI et son patron il y a 3 ans…

Le job alimentaire est souvent nécessaire, mais il faut garder à l’esprit que c’est un appoint le temps de se refaire, de s’en sortir, de vivre correctement ou pour mettre du beurre dans les épinards, et qu’il faut continuer à développer sa boite, celle pour qui on a tout donné, tout lâché et qui était à la base notre raison de vivre. De plus lorsqu’on a besoin d’argent, cela se sent au niveau des clients et ils n’hésitent pas à vous presser comme un citron pour obtenir le maximum de vous, au tarif minimum, se disant que de toutes façons, vous n’avez pas le choix, parfois même en vous culpabilisant. Or, de même, il ne faut pas vous brader, car vous finirez par le regretter. Vous vous tuerez à la tâche pour une misère, pour leur succès à eux, pas le vôtre. Pendant ce temps là, votre boite sera au point mort, faut d’avoir du temps et de l’énergie à lui consacrer.

Le job alimentaire, c’est la face cachée de l’entrepreneuriat, beaucoup en ont un ou plusieurs, et n’en parlent pas car cela traduit souvent un échec de son projet. Ce n’est pas le cas, il faut bien vivre et il n’y a aucune honte à avoir quelques contrats d’appoint en dépannage de temps en temps. Mais il ne faut pas perdre de vue l’objectif initial qui était votre entreprise, celle pour laquelle vous avez tout donné et qui ne se développera pas si vous l’abandonnez. C’est très difficile de faire le bon choix entre prendre ces petits jobs pour s’en sortir même si ce n’est pas ce que vous pensiez faire à vos débuts, et persévérer au bout du bout avec ses économies pour continuer à 100% sur son projet. C’est un cas de conscience à avoir avec soi-même et ses valeurs, ses choix de vie, ses priorités, etc… Préférez-vous la sécurité financière quitte à vous perdre dans ces petits contrats mal-payés, ou faites-vous confiance à la vie pour vous porter vers le chemin de la réussite, mais au prix du sacrifice financier ?… A méditer…


Pour aller plus loin…

  • Le livre

Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite !

Vous pouvez vous offrir mon livre Changez de vie, plaquez tout pour créer votre boite ! Manuel inspirationnel à destination des (futurs) entrepreneurs en cliquant sur Acheter !