Être auto-entrepreneur en 2017

Être auto-entrepreneur en 2017
Être auto-entrepreneur en 2017

Est-il toujours intéressant d’être auto entrepreneur en 2017 ?

Être autoentrepreneur a séduit un grand nombre de personnes ces dernières années. Même si le statut offre de nombreux avantages, il n’en demeure pas moins qu’il existe aussi des spécificités à connaître pour éviter les ennuis.

Un statut séduisant

Lorsque l’on possède peu de moyens ou que l’on hésite sur la pérennité de son projet, devenir auto entrepreneur – ou micro entrepreneur depuis 2016 – est un jeu d’enfant. On s’inscrit en ligne et on obtient un numéro de Siren ou Siret dans les jours qui suivent.
Le statut de micro entrepreneur accorde de nombreux avantages dont le premier est comme nous venons de le voir la facilité de créer son entreprise. Autre avantage majeur du statut, il permet de ne payer ses charges sociales que sur ces recettes réelles. L’entrepreneur va remplir en ligne sa déclaration de chiffre d’affaire – tous les mois ou tous les trimestres – et c’est tout. Si son CA est nul, il ne paiera rien.

Une TVA plus qu’attractive

Et pour cause ! Le micro entrepreneur ne peut en effet pas facturer de TVA, car il n’y est pas soumis. Logiquement, il ne peut pas récupérer cette TVA lorsqu’il effectue des achats pour son entreprise – lors d’achat de matériel de bureau avec Gaerner.fr

Les freins

Être micro entrepreneur ne présente pas que des avantages et le tableau idyllique peut rapidement laisser place à des difficultés importantes. Le statut est idéal pour les très petites entreprises, au développement limité. En effet, le CA est soumis à un plafond (rehaussé en 2017), qui s’il est dépassé va entrainer un changement de statut.
La protection sociale est également limitée et il est fortement recommandé de choisir une complémentaire santé de qualité.
L’auto entrepreneur est responsable personnellement de son entreprise. En cas de difficultés, ce seront ses biens personnels qui seront saisis.

Des obligations pour tous

Le micro entrepreneur a des obligations doit être immatriculé auprès du RCS ou au Registre du Commerce. Avec cette immatriculation, il est désormais possible de souscrire un contrat de domiciliation spécifique aux auto-entrepreneurs.
Cet entrepreneur doit également payer la CFE, même s’il travaille chez lui.
Enfin, les micro-entrepreneurs exerçant une activité artisanale doivent suivre un stage de préparation à l’installation. Jusqu’à aujourd’hui, ce stage devait être effectué avant l’immatriculation. En 2017, il peut être suivi jusqu’à 30 jours après la date d’immatriculation, ce qui permet de débuter sans attendre.
La déclaration du CA est obligatoire sous peine de payer des pénalités et majorations et ce même si le CA est de zéro.
L’ouverture d’un compte bancaire dédié à l’entreprise est aussi une obligation. Jusqu’alors, il devait être ouvert à la création de l’entreprise. En 2017, le dirigeant a un mois pour effectuer l’opération.

On le voit, il existe toujours des avantages à être auto entrepreneur en 2017. Et même s’il existe quelques contraintes, c’est une excellente opportunité pour exercer un métier qui vous passionne en étant totalement libre.