« Sur le marché des box, il faut se remettre sans cesse en question en innovant pour ne pas lasser son cœur de cible » Gwenaelle Gonzalez, co-fondatrice de Nuoo

"Sur le marché des box, il faut se remettre sans cesse en question en innovant pour ne pas lasser son cœur de cible" Gwenaelle Gonzalez, co-fondatrice de Nuoo
"Sur le marché des box, il faut se remettre sans cesse en question en innovant pour ne pas lasser son cœur de cible" Gwenaelle Gonzalez, co-fondatrice de Nuoo

Le marché des box par abonnement mensuel n’est pas en voie d’extinction quoi qu’on en dise, quand on voit toutes celles qui émergent chaque mois. Un concept qui séduit les entrepreneurs qui ne souhaitent pas investir des sommes folles dans un stock nécessaire à un site ecommerce classique, mais qui permet aussi de se positionner comme un expert et un chasseur de tendance dans son domaine.

Rencontre avec Gwenaelle Gonzalez, co-fondatrice de Nuoo, une box beauté 100% naturelle :

NUOO

Crédits photo : Stéphane Daniélou

Bonjour Gwenaelle, tu as un parcours très atypique. Étudiante et chef d’entreprise, tu as passé 1 an dans un haras au Portugal avant de revenir en France et créer NUOO, la box beauté 100% naturel. Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ?

Je m’appelle Gwenaelle, j’ai 24 ans, je suis étudiante à Science Po Rennes. D’aussi loin que je me souvienne, mon rêve a toujours été de rentrer à Science-Po. Je voulais intégrer l’ENA ou la magistrature. Mais, en cours de route, j’ai réalisé que ces deux institutions seraient probablement trop fermées et trop conventionnelles pour une personnalité fantaisiste comme la mienne. Je suis le genre de personne qui s’ennuie très vite, j’ai besoin de mouvement. Lorsque j’ai rencontré Maxime (mon compagnon) un passionné de business, j’ai commencé à songer à l’idée de rependre une boite ou créer une marque. J’ai toujours été très attirée par l’univers de la beauté et de la blogosphère. Contrairement à ce que l’on peut penser, je trouve qu’il n y a rien de superficiel à évoluer dans ces univers. Ce sont des secteurs absolument passionnants qui se renouvellent très vite. Pour autant, je ne me serai pas lancée toute seule dans cette aventure entrepreneuriale. Le fait d’être 3 associés est un atout et un moteur formidable.

J’ai toujours été très attirée par l’univers de la beauté et de la blogosphère

Pourquoi avoir décidé d’investir l’univers des box, un univers très concurrentiel et pour le moins saturé ? Qu’est-ce qui t’a motivé ?

C’est vrai que l’univers des box beauté est un univers très concurrentiel. Néanmoins, lorsque mes associés (Maxime et Julie) et moi avons lancé NUOO à l’été 2014, aucune offre de box de cosmétiques naturels n’existait. Les box étaient et sont souvent assez girly et conventionnelles. On a voulu associer l’univers du green (produits naturels ou bio) à un univers féminin et glamour.

En France, beaucoup de personnes ne connaissent pas encore le marché de la box. C’est un marché qui va très vite, où il faut se remettre sans cesse en question en innovant pour ne pas lasser son cœur de cible. Je suis d’un naturel plutôt pressé alors que Maxime et Julie sont plus calmes et posés. Alors que je suis fantaisiste, ils sont plus carrés. Cette complémentarité est importante et est un gage de stabilité et de réussite.

Comment sélectionnes-tu les marques que tu proposes à tes clientes ?

Nous avons 4 critères :

– La composition des produits. Il faut qu’ils soient impérativement naturels ou bio.
– L’efficacité des produits
– Les valeurs portées par la marque
– Le côté glamour et féminin des produits. Il nous importe de renvoyer une image féminine car Julie et moi sommes très coquettes et sommes convaincues de l’importance de prendre soin de soi pour être bien.

On connaît les prénoms de tous les fondateurs des marques. Dès le départ, nous avons souhaité instaurer une relation de proximité avec nos marques. L’idée, c’est que tout le monde s’y retrouve. On ne vend pas seulement des produits, on vend une histoire, une manière différente de faire, de consommer, d’être au monde.

On ne vend pas seulement des produits, on vend une histoire, une manière différente de faire, de consommer, d’être au monde

Ta routine beauté a-t-elle évolué depuis que tu as créé NUOO ?

Je suis très coquette, j’ai toujours aimé prendre soin de moi. Depuis le lancement de NUOO, il est vrai que j’ai une routine beauté très saine. Je suis aussi plus vigilante sur mon alimentation, je fais plus de sport. Depuis quelques mois, je pratique le layering : une technique de démaquillage japonaise qui consiste à respecter un certain nombre d’étapes et à superposer sur son visage, matin et soir, différentes strates de soins démaquillants et purifiants suivant un ordre méthodique. Me démaquiller est devenu un geste plaisir peu importe l’heure à laquelle je rentre.

Qu’aimes-tu le plus dans ton métier ? Qu’est-ce qui t’anime ?

Rencontrer mes abonnées est ce qui m’anime le plus. Ça donne une dimension humaine à mon métier. Le retour client est essentiel. Sinon, j’adore le webmarketing et m’occuper des réseaux sociaux car on touche au concret et j’aime les choses concrètes.

Si tu devais changer de métier ou d’univers, que ferais-tu ?

Je travaillerai de nouveau avec des chevaux en ayant un élevage ou une écurie de propriétaires. J’ai commencé à monter à cheval alors que je n’avais que 2 ans et n’en suis plus jamais descendue. Je peux passer des heures à regarder un cheval. C’est la seule activité qui me détende complètement. Quand tu montes, tu ne peux pas tricher, tu dois te remettre sans cesse en question. Rien n’est acquis. Le cheval est une école de la vie. Monter, c’est à la fois apprendre de soi-même et des autres. Lorsque j’étais au Portugal, j’ai même acheté un cheval qui allait être abattu. J’ai fait un prêt pour ça. Impossible de me résoudre à le laisser mourir.

Le cheval est une école de la vie. Monter, c’est à la fois apprendre de soi-même et des autres

Qu’aimerais-tu que tes clientes disent de NUOO ?

J’adore entendre qu’avec NUOO, mes clientes se sentent en confiance. Il y a eu tellement de green washing. Dans l’univers du green comme ailleurs d’ailleurs, on peut être très déçus des produits. On voulait à tout prix éviter cette éventuelle désillusion à nos clientes.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Les parcours d’autres entrepreneurs sont pour moi une grande source d’inspiration. J’aime les parcours atypiques, décalés. Le succès des autres me réjouit. Je trouve essentiel de faire preuve de bienveillance envers autrui. Faire preuve de respect et d’humanité n’est en rien antinomique avec l’univers de l’entrepreneuriat, c’est même selon-moi, 2 qualités importantes à avoir.

Le succès des autres me réjouit

Quels sont tes rêves ?

Mon rêve, c’est de ne manquer de rien, ne pas avoir de souci de santé ou de grosses difficultés financières. Je préfère néanmoins vivre avec moins d’argent et faire ce que j’aime plutôt qu’avoir un compte en banque bien garni, mais être loin de mon chemin de vie.

Un mot de la fin ?

Carpe Diem. À 18 ans, j’ai vécu un événement majeur qui a changé ma perception de la vie. J’ai lu beaucoup de livres de philosophes. Prendre conscience de ma finitude m’a ouvert l’esprit. Les attentats récents ont réactivé cette urgence de vivre et ce besoin de vivre intensément l’instant présent. La quête du bonheur est mon fil conducteur.

La quête du bonheur est mon fil conducteur